En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hypothalamus

Localisation de l'hypothalamus
Localisation de l'hypothalamus

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Région centrale du diencéphale située à la base du cerveau, sous les thalamus et au-dessus de l'hypophyse, qui lui est reliée par une tige, la tige pituitaire. (P.N.A. hypothalamus.)

L'hypothalamus assure un double rôle de contrôle des sécrétions hormonales hypophysaires (→ système endocrinien) et de contrôle de l'activité du système nerveux végétatif.

1. Le fonctionnement de l'hypothalamus

L'hypothalamus sécrète deux hormones qui sont stockées dans l'hypophyse avant d'être libérées dans le sang : l'hormone antidiurétique, ou vasopressine, qui empêche l'eau de l'organisme d'être perdue en trop grande quantité dans les urines, et l'ocytocyne, qui stimule les contractions utérines au cours de l'accouchement.

L'hypothalamus sécrète aussi des libérines, hormones contrôlant les sécrétions de l'antéhypophyse :

• la corticolibérine (ou CRF, corticotrophin releasing factor [facteur de libération de la corticotrophine]), qui agit sur la sécrétion de corticotrophine ;

• la thyréolibérine (ou TRH, thyrotrophin releasing hormone [hormone de libération de la thyréostimuline]), qui agit sur la sécrétion de thyréostimuline ;

• la gonadolibérine (encore appelée GnRH, gonadotrophin releasing hormone [hormone de libération des gonadotrophines], ou LH-RH, luteinizing releasing hormone [hormone de libération de l'hormone lutéinisante]), qui agit sur la sécrétion des gonadotrophines ;

• la somatocrinine (ou GH-RH, growth hormone releasing hormone [hormone de libération de la somathormone]) et la somatostatine (ou GH-RIH, growth hormone releasing inhibiting hormone [hormone inhibant la libération de la somathormone]), qui agissent sur la sécrétion de somathormone (hormone de croissance) ;

• enfin, la dopamine, partiellement sécrétée par l'hypothalamus, contrôle la sécrétion de prolactine et celle des catécholamines (adrénaline, noradrénaline), dont elle est le précurseur.

La sécrétion des hormones hypothalamiques (sauf de la dopamine) est soumise à un phénomène de rétrocontrôle exercé par les hormones hypophysaires correspondantes.

L'autre rôle de l'hypothalamus consiste à agir sur le fonctionnement des viscères (vie végétative), par exemple en intervenant sur le rythme cardiaque ou respiratoire. L'hypothalamus contrôle aussi les sensations de faim et de satiété, et donc les prises alimentaires, ainsi que la thermorégulation (ensemble des systèmes maintenant la température du corps dans les limites normales).

2. Les pathologies de l'hypothalamus

La pathologie de l'hypothalamus est liée à celle de l'hypophyse et peut se traduire par des troubles divers du fonctionnement hormonal. L'atteinte de l'hypothalamus par une tumeur ou une irradiation thérapeutique provoque un arrêt des sécrétions hypothalamiques et, par suite, l'interruption des sécrétions hypophysaires - excepté celle des sécrétions de la prolactine. En effet, la prolactine est freinée en permanence par la dopamine hypothalamique : la levée du frein dopaminergique entraîne une hyperprolactinémie modérée.

Les symptômes révélateurs d'un arrêt des sécrétions hypothalamiques sont liés à la taille de la tumeur (maux de tête, troubles du champ visuel, déficit neurologique) ou au déficit hormonal (symptômes d'un hypopituitarisme [insuffisance hypophysaire] tels que pâleur, asthénie, absence de règles, dépilation). Des dosages hormonaux et des examens radiologiques (scanner ou imagerie par résonance magnétique) sont nécessaires pour préciser l'origine des troubles.

Le traitement est rarement chirurgical lorsque l'atteinte hypothalamique est importante, mais plutôt médicamenteux ou radiothérapique. Dans tous les cas, un traitement hormonal substitutif (→ hormonothérapie) est nécessaire pour corriger l'hypopituitarisme.

Voir : hypophyse.