En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

somathormone ou hormone de croissance ou hormone somatotrope

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Hormone sécrétée par l'antéhypophyse (lobe antérieur de l'hypophyse, glande située à la base du cerveau), qui assure la croissance des os longs et intervient dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines.

En anglais, growth hormone (GH).

Structure et physiologie

La somathormone est un polypeptide présentant d'importantes analogies avec la prolactine. Sa sécrétion est stimulée par des facteurs divers tels que l'hypoglycémie (diminution du taux de glucose dans le sang), le stress (infection aiguë, choc psychologique, intervention chirurgicale) ou l'effort, tandis qu'elle est freinée par l'hyperglycémie (augmentation du taux de glucose dans le sang). Dans le foie, la somathormone provoque en particulier la synthèse de somatomédine C. Le dosage de celle-ci dans le sang témoigne de l'activité biologique de la somathormone.

Pathologie

En cas de maladie hypophysaire ou hypothalamique, un déficit en somathormone survient parfois ; chez l'enfant, il se traduit par une petite taille ; chez l'adulte, il se manifeste par une déminéralisation osseuse. Il peut être compensé par des injections intramusculaires quotidiennes de somathormone de synthèse. En revanche, une sécrétion excessive de somathormone due à un adénome (tumeur bénigne) de l'hypophyse entraîne une acromégalie (développement exagéré des os de la face et des extrémités des membres) chez l'adulte et un gigantisme chez l'enfant.

Utilisation thérapeutique

La somathormone est utilisée, chez les enfants, dans le traitement des retards de croissance par déficit antéhypophysaire en somathormone, dans le cadre d'un syndrome de Turner, lors d'une insuffisance rénale chronique et des retards de croissance intra-utérins. Elle est également proposée chez l'adulte en cas de déficit, pour le maintien de la masse musculaire. Elle était autrefois extraite d'hypophyse de cadavres et a pu être à l'origine de cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob. Aujourd'hui, on utilise de l'hormone de croissance synthétique, dite recombinante (issue du génie génétique).