En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hypophyse ou glande pituitaire

Localisation de l'hypophyse
Localisation de l'hypophyse

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Petite glande endocrine (sécrétant des hormones) reliée à la partie antérieure du cerveau.

Description

L'hypophyse est située sous l'hypothalamus, auquel elle est appendue par une petite tige, la tige pituitaire. Elle repose dans la selle turcique (petite cavité médiane de l'os sphénoïde). Au-dessus et en avant de l'hypophyse se trouve le chiasma optique, contenant des fibres nerveuses venues des deux rétines. La structure interne de l'hypophyse se compose de deux portions, séparées l'une de l'autre et fonctionnant indépendamment : l'antéhypophyse en avant et la posthypophyse en arrière.

Fonctionnement

L'antéhypophyse produit 5 hormones appelées stimulines : la thyréotrophine, ou TSH, la corticotrophine, ou A.C.T.H., les gonadotrophines (FSH et LH) et la somatotrophine, ou STH (responsable de la croissance chez l'enfant). Ces sécrétions sont elles-mêmes commandées par des hormones de l'hypothalamus. L'antéhypophyse sécrète aussi la prolactine (responsable de la lactation chez la femme). La posthypophyse sert de lieu de stockage provisoire à deux hormones de l'hypothalamus, l'hormone antidiurétique, ou ADH (qui empêche l'eau d'être éliminée par le rein quand il n'y en a pas assez dans l'organisme), et l'ocytocine (qui stimule les contractions pendant l'accouchement).

Examens

Pour étudier l'hypophyse, on pratique des dosages sanguins des hormones et des examens radiologiques (scanner, imagerie par résonance magnétique). Une radiographie du crâne peut mettre en évidence un agrandissement de la selle turcique, signe de tumeur.

Pathologie

L'hypophyse peut être le siège de tumeurs, en général bénignes (adénome de l'hypophyse, craniopharyngiome). Une tumeur peut sécréter exagérément des hormones (hyperprolactinémie avec sécrétion de lait par le sein, acromégalie due à la somatotrophine avec hypertrophie des organes) ; à l'inverse, une tumeur ne produisant pas de sécrétions (adénome chromophobe) peut provoquer une diminution des sécrétions normales - ce que l'on appelle un hypopituitarisme - ou une insuffisance antéhypophysaire, cause de retards de croissance et de déficits en hormones sexuelles. L'hypophyse, lorsqu'elle est le siège d'une tumeur, peut aussi comprimer le chiasma optique et provoquer une hémianopsie bitemporale : le sujet ne voit plus sur les côtés, comme s'il avait des œillères. Le traitement des tumeurs hypophysaires est l'hypophysectomie (ablation de l'hypophyse), par voie transcrânienne ou transnasale, et la radiothérapie.

Voir : antéhypophyse, hypothalamus.