En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

escherichia coli ou colibacille

Escherichia coli
Escherichia coli

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Bactérie du tube digestif de l'homme.

De la famille des entérobactéries, Escherichia coli (E. coli) constitue 80 % de la flore aérobie du tube digestif de l'homme sain, mais également l’essentiel de la flore digestive chez les bovins, les autres ruminants et les chameaux. On en connaît plusieurs centaines de souches, différenciées par deux antigènes principaux, O (plus de 150 variétés connues) et H.

1. LES SOUCHES PATHOGÈNES

Bien que quelques souches seulement soient pathogènes pour l’espèce humaine, l’E. coli est le germe le plus fréquemment responsable d’infections chez l’homme ; il est notamment la cause d’infections urinaires spontanées ou consécutives à une manipulation instrumentale (sonde urinaire, par exemple). Cette bactérie est aussi à l’origine de quelques septicémies et méningites chez le nourrisson, et surtout de diarrhées infectieuses, de gravité variable selon la souche, et qui touchent surtout le jeune enfant et la personne âgée.

2. LA SOUCHE E. COLI ENTÉRO-HÉMORRAGIQUE (ECEH)

Quelques souches seulement provoquent une diarrhée hémorragique (dysenterie) qui se complique parfois du grave syndrome hémolytique-urémique (SHU) avec destruction des globules rouges et lésions rénales graves et irréversibles dues à une puissante toxine appelée Vero.

Les biologistes connaissent bien la souche d’E. coli entéro-hémorragique (Eceh) O157.H7, repérée à diverses reprises dans des toxi-infections alimentaires isolées ou collectives et la souche O104.H4 responsable d'intoxications graves. Les principales sources de contamination sont les viandes mal cuites, le lait cru et ses dérivés, l’eau (de boisson ou d’arrosage) et, à un degré moindre, les fruits et légumes : graines germées, salade, chou, crudités, jus de pomme frais.

La prévention repose sur le strict respect des règles d’hygiène à tous les stades : culture, transport, stockage, distribution, préparation, consommation.

Le plus gros foyer de toxi-infection par Eceh a été observé au Japon en 1996 avec 9 541 personnes contaminées par des graines germées servies lors de repas scolaires. Le foyer observé en Allemagne en mai-juin 2011, et initialement attribué à tort à des légumes importés, a touché plus de 3 600 personnes (dont plus de 800 ont présenté un SHU) et provoqué au moins 42 décès. Des graines germées, polluées par l’eau d’un ruisseau, sont également à l'origine de l'épidémie. Une dizaine de cas similaires a été observée en France à la même période.