En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

syndrome hémolytique et urémique ou syndrome de Moschcowitz

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Affection associant une atteinte rénale aiguë, une anémie et une thrombopénie (diminution du nombre de plaquettes dans le sang).

Le syndrome hémolytique et urémique concerne surtout l'enfant jeune, mais il existe aussi chez l'adulte.

Chez l'enfant, il survient généralement quelques jours après une gastroentérite avec diarrhée sanglante ; le rôle d'une endotoxine, la vérotoxine, sécrétée par certaines souches de colibacilles, a été invoqué. Chez l'adulte, les formes sans causes sont les plus fréquentes ; c'est parfois une complication de certains cancers, de leur traitement par chimiothérapie et aussi de l'infection par le V.I.H. (virus du sida).

Causes et symptômes

Le syndrome est dû à des altérations de l'endothélium, tissu qui tapisse l'intérieur des artérioles et des capillaires, dans le rein et souvent dans d'autres organes, provoquant la coagulation du sang dans les petits vaisseaux. Les microcaillots ainsi formés sont à l'origine d'une anémie par fragmentation mécanique (avec des hématies d'aspect particulier, déchiqueté, appelées schizocytes), associée à une insuffisance rénale aiguë entraînant souvent une anurie (arrêt de la sécrétion urinaire), et d'une thrombopénie par consommation des plaquettes lors de la constitution des microcaillots, provoquant un purpura (hémorragies sous-cutanées). Celui-ci se manifeste par l'apparition de petites taches rouges cutanées. Il existe également une hypertension artérielle.

Traitement et pronostic

Le traitement du syndrome hémolytique et urémique vise essentiellement à soigner ses symptômes : traitement de l'insuffisance rénale par dialyse et de l'anémie, quand elle est grave, par transfusion. Le traitement à visée curative fait actuellement appel aux médicaments inhibiteurs des fonctions des plaquettes et aux échanges plasmatiques (procédé d'épuration du plasma sanguin). Le pronostic, assez mauvais chez l'adulte, est meilleur chez l'enfant, chez lequel le syndrome évolue souvent vers une guérison complète.