En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

antigène

Anticorps
Anticorps

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Substance (généralement étrangère à l'organisme), susceptible de déclencher une réaction immunitaire en provoquant la formation d'anticorps.

Origine et structure

Les virus, les bactéries, les parasites et les cellules altérées de l'organisme (infectées par un germe ou tumorales) présentent de multiples antigènes. Il peut s'agir soit de molécules isolées d'une taille suffisante pour comporter un ou plusieurs sites antigéniques, soit de structures complexes ou d'éléments fixés à la surface de micro-organismes pathogènes. Certains antigènes provoquent une réaction allergique en stimulant la production d'immunoglobulines, ou anticorps de type E (IgE) : ce sont les allergènes, qui ont des origines très diverses (venin d'abeille, pollen, produits chimiques, etc.).

Bien qu'un antigène soit en général une substance étrangère à l'organisme, dans le cas des maladies auto-immunes, c'est un élément même de l'organisme que celui-ci ne reconnaît plus comme sien.

Les antigènes sont, dans la plupart des cas, des glycoprotéines. Les lipides sont beaucoup plus rarement antigéniques, sauf s'ils sont associés à d'autres structures moléculaires plus importantes (qui sont, elles, des antigènes authentiques).

Reconnaissance et élimination

Lorsque l'antigène pénètre dans l'organisme, celui-ci stimule, dans un premier temps, les mécanismes d'immunité non spécifiques. Les cellules phagocytaires (polynucléaires neutrophiles, macrophages et monocytes) et certaines cellules cytotoxiques, localisées dans l'épiderme et les muqueuses, constituent la première barrière de défense. Si l'antigène n'est pas éliminé à ce stade, des mécanismes d'immunité spécifiques prennent le relais. L'antigène sera opposé aux lymphocytes (globules blancs intervenant dans l'immunité cellulaire), dont la particularité est que chacun d'entre eux ne reconnaît qu'un seul antigène. Les lymphocytes B, grâce à leurs anticorps de surface, reconnaissent directement l'antigène, tandis que les lymphocytes T ont besoin d'autres cellules du système immunitaire (macrophages, lymphocytes B) pour le reconnaître. L'élimination de l'antigène s'effectue alors grâce au complément (système de protéines enzymatiques participant à la destruction des antigènes) ou aux cellules phagocytaires.