Constantin IV

(654-685), empereur byzantin (668-685), fils aîné de Constant II Héraclius.

À son accession au trône, la situation est critique : soulèvement de la Sicile ; révoltes militaires en Asie Mineure. Le jeune prince rétablit l'ordre, élimine ses deux frères et résiste aux Arabes qui envahissent l'Afrique byzantine, prennent la Crète et assiègent Constantinople (674-678), qui utilise pour la première fois le feu grégeois pour sa défense : l'avance arabe en Orient est définitivement brisée et l'autorité impériale en retire un grand prestige.

La conquête de la Mésie par les Bulgares (679) annonce le danger que le jeune royaume bulgare fera, durant trois siècles, courir à Byzance dans la péninsule balkanique. Mais la conversion des Croates et des Serbes, en préparant l'hellénisation des Slaves et la tenue à Constantinople du troisième concile œcuménique (→ conciles de Constantinople, 680-681), qui condamne le monothélisme et rétablit la concorde religieuse, affermit le pouvoir d'État.

Pour en savoir plus, voir l'article Empire byzantin : histoire.