Charles Ier d'Anjou

(1226-Foggia 1285), comte d'Anjou, du Maine, de Provence et de Forcalquier (1246-1285), roi de Sicile (1266-1282), puis de Naples (1282-1285), fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, et frère de Louis IX.

Maître de la Provence par son mariage avec Béatrice, fille et héritière de Raimond Bérenger IV, comte de Provence, et apanagé des comtés d'Anjou et du Maine (1246), il soumet le royaume de Sicile après avoir vaincu Manfred à Bénévent (1266) puis Conrad V (Conradin) à Tagliacozzo (1268). Il entreprend dès lors de faire de son royaume le centre d'un vaste empire méditerranéen.

En Italie, il place sous son contrôle la Toscane (1268) et les États pontificaux (1281), mais doit évacuer la Lombardie et le Piémont (1275-1277) où il se heurte au parti gibelin.

Dans le bassin oriental de la Méditerranée, il place sous sa suzeraineté la principauté d'Achaïe (traités de Viterbe, 1267), entame la conquête de l'Empire byzantin en s'emparant de Corfou (1267), occupe Durazzo (1270), la côte d'Épire (1272) et devient roi titulaire de Jérusalem (1277).

Mais son empire maritime s'effondre lors de l'émeute dite des Vêpres siciliennes (mars 1282) : dépossédé de la Sicile par Pierre III, roi d'Aragon, Charles d'Anjou ne règne plus que sur le royaume de Naples et meurt sans avoir pu reconquérir l'île.