Identifiez-vous ou Créez un compte

déshydratation

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Ensemble des troubles résultant d'une perte d'eau excessive dans l'organisme.

Causes

Sous un climat tempéré, les pertes liquidiennes normales de l'organisme, causées par la sudation, la respiration et les urines, sont d'environ 1,5 à 2 litres par jour. Elles sont combinées à une perte de substances dissoutes dans les liquides corporels, notamment à la perte de chlorure de sodium (sel). La déshydratation survient lorsque ces déperditions ne sont pas compensées par un apport équivalent. Cet état s'observe en cas d'apport hydrique insuffisant ou lors de pertes hydriques excessives. Celles-ci peuvent être d'origine cutanée, digestive, rénale ou respiratoire.

Les pertes cutanées s'observent en cas de fièvre, de brûlures étendues (par suintement et évaporation), de sudation intense.

Les pertes digestives peuvent se faire vers l'extérieur : vomissements, diarrhée aqueuse (dans les cas de choléra, par exemple). Elles peuvent aussi être internes en cas d'occlusion intestinale, de péritonite. L'eau s'accumule alors dans le péritoine ou dans le tube digestif.

Les pertes rénales sont liées à l'emploi de médicaments diurétiques ou à une sécrétion d'urines excessive du fait d'une maladie rénale, d'une insuffisance surrénalienne ou d'un diabète sucré ou insipide.

Les pertes respiratoires (l'eau est éliminée sous forme de vapeur par les poumons) sont le plus souvent dues à une augmentation de la fréquence respiratoire, qui peut dépendre elle-même de différents facteurs (effort, insuffisance cardiaque ou respiratoire).

Symptômes et signes

Un état de déshydratation se manifeste par une soif intense, un dessèchement de la bouche, de la langue et de la peau (qui garde le pli qu'on lui imprime par pincement), une diminution de la résistance des globes oculaires à la pression, une diminution du volume des urines, une hypotension artérielle, avec un pouls rapide. Les pertes en sel provoquent des maux de tête, des crampes, voire des troubles de la conscience qui aggravent la déshydratation, le sujet devenant alors incapable de ressentir ou d'exprimer sa soif.

Traitement

Toujours urgent, particulièrement aux âges extrêmes de la vie (nourrisson, sujet âgé), le traitement repose sur l'administration de solutés (eau additionnée de glucose, de sodium ou de bicarbonates, et souvent de potassium), soit par voie digestive, en cas de déshydratation faible, soit par voie veineuse lorsque la déshydratation est plus grave. Le choix du soluté est fonction de la nature de la perte liquidienne.

Prévention

En cas de fièvre, de vomissements ou de diarrhée, et si l'on se trouve sous un climat chaud, il est recommandé de boire abondamment : au moins 0,5 litre d'eau toutes les deux heures. Les pertes de sel provoquées par une transpiration intense seront compensées par l'adjonction d'un quart de cuiller à café de sel par demi-litre d'eau ou par l'absorption d'eau minérale.

Voir : choc hypovolémique, diabète insipide, diarrhée, diarrhée du nourrisson.