En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

vision

Voies de la vision
Voies de la vision

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Fonction par laquelle les images captées par l'œil sont transmises par les voies optiques (cellules rétiniennes et ganglionnaires, nerf optique, chiasma optique) au cerveau.

Mécanisme

Les rayons lumineux traversent les différents milieux transparents de l'œil : cornée, humeur aqueuse, cristallin, vitré, puis la rétine.

La cornée assure la plus grande partie du pouvoir de réfraction, destiné à faire converger ces rayons sur la rétine ; le cristallin a également un rôle réfringent. Sur la rétine, les cellules photoréceptrices (cônes et bâtonnets) transforment les influx lumineux en influx nerveux, qui sont analysés par le cerveau (lobe occipital) après leur passage par les voies optiques.

Différents types de vision

La vision permet de distinguer trois sortes d'éléments : les formes, les reliefs et les distances et, enfin, les couleurs.

La vision des formes est possible grâce au pouvoir convergent du système optique. L'image, sur la rétine, est réduite et renversée. La vision précise des formes, ou acuité visuelle, est maximale près du pôle postérieur de l'œil, qui correspond, sur la rétine, à la macula : en effet, celle-ci contient essentiellement des cônes. Tout ce qui est perçu par la vision périphérique constitue le champ visuel. Pour une vision normale des formes, une parfaite intégrité de tous les éléments en jeu est requise : transparence des milieux oculaires ; bonne « mise au point » sur la rétine, notamment grâce au cristallin en vision de près ; intégrité des voies optiques et du centre d'intégration cérébral. Un obstacle sur ce circuit retentit sur la vision.

La vision des reliefs et des distances, ou vision stéréoscopique, est possible grâce à l'intégration par le cerveau des deux images, légèrement différentes, fournies par chaque œil. Cette vision binoculaire est perturbée en cas de diplopie (vision double) ou de strabisme, les axes des deux yeux n'étant plus parallèles et les images fournies au cerveau étant trop différentes : une des deux images est alors neutralisée.

La vision des couleurs, sous la dépendance des cônes, est plus intense dans la zone centrale de la rétine et moins bonne en périphérie. Les dyschromatopsies (anomalies de la vision des couleurs) peuvent être congénitales (daltonisme) ou acquises.

Examens

La vision des formes est évaluée par des tests d'acuité visuelle, de loin et de près, et par l'exploration du champ visuel. L'électrorétinographie explore la fonction des cellules photoréceptrices de la rétine (cônes et bâtonnets) ; l'enregistrement des potentiels évoqués visuels évalue la transmission de l'influx nerveux le long des voies optiques. Des tests orthoptiques permettent d'estimer la vision binoculaire. Enfin, les tests d'Ishihara (présentation d'impressions colorées sur fond coloré) et de Farnsworth (pastilles colorées de différentes tonalités) permettent d'évaluer la qualité de la vision des couleurs.

Voir : œil, cécité, ophtalmologie, sens, voies optiques.