Identifiez-vous ou Créez un compte

stérilisation

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Méthode permettant de détruire divers micro-organismes (bactéries, virus, champignons, parasites) présents sur un support matériel.

La stérilisation est indiquée pour tout le matériel médical et chirurgical devant être utilisé ou réutilisé dans des conditions d'asepsie stricte : compresses, mèches, matériel servant à l'injection de médicaments, à l'instillation de collyres ou à l'incision de la peau, etc. On emploie soit des méthodes physiques (utilisation de la chaleur humide, emploi de rayonnements ultraviolets, de rayons gamma ou d'électrons accélérés), soit des méthodes chimiques (application d'un produit chimique liquide ou gazeux). La stérilisation se distingue de la désinfection (pour les objets) et de l'antisepsie (pour la peau) par son caractère plus poussé : après stérilisation, la probabilité de trouver un objet demeuré non stérile doit être de 1 pour 1 million.

Une fois qu'un objet a été stérilisé, il est dit aseptique, ou stérile. Il doit alors être placé dans un emballage hermétique, ne laissant pas passer les micro-organismes : ainsi, certains instruments chirurgicaux sont placés avant stérilisation dans un emballage transparent contenant un petit tube témoin, dont le changement de couleur indique que la stérilisation a été efficace.

En outre, certaines précautions sont nécessaires pour que l'asepsie dure suffisamment longtemps après ouverture de l'emballage : le médecin ou l'infirmière ne manipule les objets stériles qu'avec des gants eux-mêmes stérilisés ; l'air des salles d'opération est stérilisé par passage sur des filtres très fins, capables de retenir bactéries et virus.

Aujourd'hui, l'emploi de seringues, aiguilles et autres instruments à usage unique, préconditionnés et jetables, dispense l'usager d'avoir recours à des méthodes de stérilisation.