En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

tumeur du cerveau

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Tumeur, bénigne ou maligne, située dans le cerveau.

On distingue les tumeurs primitives, qui se développent à partir de cellules du cerveau, et les tumeurs secondaires, qui sont des métastases.

TUMEUR PRIMITIVE DU CERVEAU

Environ 60 % des tumeurs primitives sont des gliomes, formés à partir des cellules gliales qui entourent et soutiennent les cellules nerveuses ; ils peuvent être bénins ou malins. Les méningiomes, qui siègent sur les méninges, sont également fréquents ; ils sont toujours bénins. Les causes des tumeurs primitives ne sont pas connues.

Les symptômes sont de trois ordres : déficit neurologique (aphasie, paralysie localisée), épilepsie dans un cas sur cinq et signes d'hypertension intracrânienne (maux de tête, altération des fonctions mentales, vomissements). L'apparition des symptômes est plus précoce et leur évolution plus rapide et plus extensive dans le cas d'une tumeur maligne. Les techniques d'imagerie médicale (scanner cérébral et imagerie par résonance magnétique [I.R.M.]) permettent de déterminer le siège exact de la tumeur et de donner des indications sur sa nature. Mais le diagnostic précis ne peut être établi qu'après une biopsie cérébrale.

Le traitement, lorsqu'il est possible, repose sur l'ablation chirurgicale de la tumeur, aidée par repérage tridimensionnel (stéréotaxie) et éventuellement complétée par la radiothérapie et/ou la chimiothérapie. Une technique thérapeutique nouvelle appelée « gamma knife », consiste à irradier à l’aide d’une forte dose et en une seule fois la tumeur de petite taille inaccessible à la chirurgie.

TUMEUR SECONDAIRE DU CERVEAU

Les tumeurs secondaires sont des métastases, souvent multiples, qui proviennent essentiellement d'un cancer bronchopulmonaire ou d'un cancer du sein. Les symptômes sont les mêmes que ceux des tumeurs primitives du cerveau, mais ils évoluent de façon plus rapide.

Le diagnostic repose sur les techniques d'imagerie médicale, qui mettent en évidence les lésions cérébrales et, dans un cas sur deux, le cancer primitif. Le traitement est celui du cancer primitif s'il a été découvert. La radiothérapie cérébrale est également indiquée.