En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

neurotransmetteur ou neuromédiateur

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Substance chimique de l'organisme permettant aux cellules nerveuses de transmettre leurs messages.

Les neurotransmetteurs comprennent de nombreuses substances, dont l'acétylcholine, l'acide gamma-aminobutyrique, l'adrénaline, la dopamine, les différentes endorphines, les différentes enképhalines, la noradrénaline, la sérotonine, etc. Chaque substance chimique est située en des endroits précis du système nerveux et correspond à des fonctions nerveuses bien définies (sensibilité à la douleur, contraction musculaire, coordination des mouvements, etc.).

Le neurotransmetteur est synthétisé par le neurone (cellule nerveuse), qui le libère ensuite au niveau d'une synapse, zone de jonction avec une deuxième cellule (autre cellule nerveuse, cellule d'un muscle ou d'une glande). Le neurotransmetteur se fixe alors sur une substance chimique qui lui est spécifique, le récepteur, situé dans la membrane qui entoure la deuxième cellule. C'est sa fixation qui provoque la réponse (par exemple, la contraction d'une cellule musculaire).

De nombreuses substances, médicamenteuses ou non, ont la même action qu'un neurotransmetteur et sont dites agonistes (adrénergiques, cholinergiques) ; d'autres ont une action contraire et sont dites antagonistes (adrénolytiques, anticholinergiques). Par ailleurs, un déficit en un neurotransmetteur donné peut être responsable d'une pathologie. C'est le cas pour la maladie de Parkinson, où un déficit en dopamine est observé.