souffrir

verbe intransitif CONJUGAISON

Définitions de souffrir


  • Ressentir une vive souffrance, avoir mal à une partie du corps : Mes dents me font souffrir.
  • Éprouver des souffrances morales, être particulièrement affecté par des difficultés, des peines, être malheureux.
  • Être endommagé : Les cultures ont souffert de la sécheresse.
  • Avoir des difficultés à faire quelque chose : J'ai souffert pour lui expliquer la situation.

Homonymes des variantes de souffrir



    souffre

  • soufre adjectif invariable
  • soufre nom masculin
  • soufre forme conjuguée du verbe soufrer

    souffrent

  • soufre adjectif invariable
  • soufre nom masculin
  • soufre forme conjuguée du verbe soufrer

    souffres

  • soufre adjectif invariable
  • soufre nom masculin
  • soufre forme conjuguée du verbe soufrer

Difficultés de souffrir


  • CONSTRUCTION ET REGISTRE

    Souffrir de (+ infinitif) : je souffre de vous voir si malheureuse. Emploi courant.
    remarque
    On distinguait autrefois deux constructions de ce verbe : souffrir de, si la souffrance était d'ordre moral, et souffrir à, si la souffrance était d'ordre physique (il souffre à marcher). Cette distinction n'a plus cours, car la construction souffrir à est sortie de l'usage : on dirait aujourd'hui il souffre quand il marche, il souffre en marchant.

    Souffrir de ce que (+ indicatif ou subjonctif) : il souffre de ce que ses enfants n'ont pas (ou n'aient pas) réalisé les rêves qu'il avait pour eux. Les deux constructions sont correctes. Celle avec l'indicatif insiste davantage sur la réalité du fait énoncé.

    Souffrir que (+ subjonctif) = admettre, permettre. Souffrez, madame, que je prenne congé.Registre soutenu.

  • ACCORD

    Pour l'accord du participe passé, bien distinguer l'emploi intransitif du verbe (souffrir = avoir mal) de l'emploi transitif (souffrir qqch = le tolérer) : les mois qu'il a souffert (= il a souffert pendant des mois), mais les exceptions que cette règle a longtemps souffertes (= cette règle a longtemps souffert des exceptions).


Citations avec souffrir


  • Henri Frédéric Amiel (Genève 1821-Genève 1881)
    Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection.
    Journal intime, 26 décembre 1868
  • Anonyme
    L'homme a beaucoup appris qui a beaucoup souffert.
    Chanson de Roland
    Mult ad apris ki bien conuist ahan.
  • Sidonie Gabrielle Colette (Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954)
    Mais est-ce très grave, souffrir ? Je viens à en douter.
    La Naissance du jour, Flammarion
  • Fernand Crommelynck (Paris 1886-Saint-Germain-en-Laye 1970)
    Il y a plus d'héroïsme à souffrir longtemps qu'à mourir vite.
    Le Cocu magnifique, Gallimard
  • Léon Dierx (La Réunion 1838-Paris 1912)
    L'homme est né pour souffrir, oublier et se taire.
    Poèmes et poésies, Sausset
  • Gustave Flaubert (Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880)
    Académie française, 1880
    La manière la plus profonde de sentir quelque chose est d'en souffrir.
    Carnets
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Plutôt souffrir que mourir,
    C'est la devise des hommes.

    Fables, la Mort et le Bûcheron
  • Julie de Lespinasse (Lyon 1732-Paris 1776)
    Mon Dieu, que ne puis-je souffrir tout ce que je crains que vous ne souffriez !
    Lettres, à M. de Guibert
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Qui craint de souffrir, il souffre déjà de ce qu'il craint.
    Essais, III, 13
  • Alfred de Musset (Paris 1810-Paris 1857)
    Après avoir souffert, il faut souffrir encore ;
    Il faut aimer sans cesse après avoir aimé.

    Poésies, la Nuit d'août
  • Alfred de Musset (Paris 1810-Paris 1857)
    L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
    Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.

    Poésies, la Nuit d'octobre
  • Charles Nodier (Besançon 1780-Paris 1844)
    Académie française, 1833
    Il y a dans le cœur d'une femme qui commence à aimer un immense besoin de souffrir.
    Smarra
  • Alfred, comte de Vigny (Loches 1797-Paris 1863)
    Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
    Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
    Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
    Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler.

    Les Destinées, la Mort du loup

Mots proches

Lequel de ces mots devrait, au singulier, se terminer par la lettre « r » ?