penser

verbe transitif CONJUGAISON

Définitions de penser


  • Considérer quelque chose comme vrai (ou non), comme probable (ou non) : Penses-tu qu'il est sincère ?
  • Considérer quelqu'un, quelque chose comme étant tels : Je le pensais diplomate, mais qu'il est maladroit !
  • Avoir telle ou telle opinion sur tel sujet : Que pensez-vous de ce film ?
  • Avoir la conviction de quelque chose, le croire : Il pense avoir réussi son examen.
  • Avoir l'intention de ; projeter : Je pense avoir fini ce soir.
  • Littéraire. Faillir, manquer : À cette nouvelle, elle pensa s'évanouir.
  • Se dire intérieurement (souvent en incise) : C'est raté, pensa-t-il.
  • Comprendre, déduire, etc. : Quand on lui dit vacances, il pense temps perdu.
  • Concevoir quelque chose dans ses moindres détails avant de le réaliser : Il faut bien penser l'aménagement des immeubles.

Expressions avec penser



  • Ce que je pense, où je pense,

    formules pour ce qu'on n'ose désigner par son nom, en particulier les excréments, les gros mots, le derrière, etc. : Marcher dans ce que je pense.
  • Je pense bien (que) !,

    bien sûr : Il viendra ? — Je pense bien qu'il viendra !
  • N'en penser pas moins,

    indique qu'on a, intérieurement, un avis sur le sujet.
  • Ne pas en penser un mot, le premier mot,

    ne pas croire ce que l'on dit.
  • Tu penses, vous pensez,

    renforcent une affirmation ; ou, ironiquement, expriment la dénégation, le refus.

Synonymes de penser


Considérer quelque chose comme vrai (ou non), comme probable...

Synonymes :

Considérer quelqu'un, quelque chose comme étant tels.

Synonymes :

Avoir la conviction de quelque chose, le croire.

Synonymes :

Avoir l'intention de ; projeter.

Synonymes :

Concevoir quelque chose dans ses moindres détails avant de...

Synonymes :

Homonymes de penser


  • panser verbe
  • pensée nom féminin

Homonymes des variantes de penser


    pense

  • panse nom féminin
  • panse verbe
  • pansent verbe
  • panses verbe

Difficultés de penser


  • ACCORD

    1. Aux formes conjuguées avec le participe passé, celui-ci reste invariable si le complément direct du verbe, exprimé ou non, est un infinitif ou une proposition subordonnée : une tâche plus ardue qu'il n'avait pensé (= qu'il n'avait pensé qu'elle serait) ; elles ont trouvé plus de compréhension qu'elles n'avaient pensé (= qu'elles n'avaient pensé en trouver) ou qu'elles ne l'avaient pensé (l', pronom neutre, ne reprend pas compréhension mais la proposition principale elles ont trouvé plus de compréhension). 2. Dans les autres cas, l'accord du participe passé se fait normalement avec le complément d'objet direct si celui-ci est placé avant le verbe : la solution qu'il a mûrement pensée (= conçue, imaginée).

  • CONSTRUCTION

    Penser que (+ indicatif ou conditionnel). À la forme affirmative, penser que est suivi de l'indicatif ou du conditionnel : nous pensons qu'il sera présent ; nous pensions qu'il serait présent. À la forme négative ou interrogative, penser que peut être suivi soit de l'indicatif ou du conditionnel (je ne pense pas qu'il viendra ; pensiez-vous qu'il viendrait ?), soit du subjonctif (je ne pense pas qu'il vienne), qui marque plus nettement que l'indicatif l'hypothèse ou le doute.

    Penser v.i. = former des idées, avoir une activité de l'esprit consciente et organisée : « Je pense, donc je suis » (R. Descartes).

    Meilleur que tu penses, que tu ne le penses. → le, ne


Citations avec penser


  • Émile Chartier, dit Alain (Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951)
    Il y a une forte raison de ne pas dire au premier arrivant ce qui vient à l'esprit, c'est qu'on ne le pense point.
    Éléments de philosophie, Gallimard
  • Émile Chartier, dit Alain (Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951)
    Il n'est pas difficile d'avoir une idée. Le difficile, c'est de les avoir toutes.
    Propos, Gallimard
  • Émile Chartier, dit Alain (Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951)
    L'homme pense son propre chant, et ne pense rien d'autre.
    Propos de littérature, Gallimard
  • Émile Chartier, dit Alain (Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951)
    Il n'y a qu'une méthode pour inventer, qui est d'imiter. Il n'y a qu'une méthode pour bien penser, qui est de continuer quelque pensée ancienne et éprouvée.
    Propos sur l'éducation, P.U.F.
  • Émile Chartier, dit Alain (Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951)
    Rien n'est plus dangereux qu'une idée, quand on n'a qu'une idée.
    Propos sur la religion, P.U.F.
  • Paul Bourget (Amiens 1852-Paris 1935)
    Académie française, 1894
    Il faut vivre comme on pense, sinon tôt ou tard on finit par penser comme on a vécu.
    Le Démon de midi, Plon
  • Georges Duhamel (Paris 1884-Valmondois, Val-d'Oise, 1966)
    Académie française, 1935
    Il y a toujours du courage à dire ce que tout le monde pense.
    Le Combat contre les ombres, Mercure de France
  • Anatole François Thibault, dit Anatole France (Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924)
    Académie française, 1896
    À mesure qu'on s'avance dans la vie, on s'aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser.
    La Vie littéraire, Calmann-Lévy
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Ce qui probablement fausse tout dans la vie c'est qu'on est convaincu qu'on dit la vérité parce qu'on dit ce qu'on pense.
    Toutes Réflexions faites, Éditions de l'Élan
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    On jugerait bien plus sûrement un homme d'après ce qu'il rêve que d'après ce qu'il pense.
    Les Misérables
  • Romain Rolland (Clamecy 1866-Vézelay 1944)
    Penser sincèrement, même si c'est contre tous, c'est encore pour tous.
    Clérambault, Albin Michel
  • Parménide, d'Élée (Élée, Grande-Grèce, vers 515-vers 440 avant J.-C.)
    Car c'est la même chose qu'on peut penser et qui peut être.
    De la nature, fg. 5 Diels (traduction J. Zafiropulo)

    Commentaire
    Phrase citée par Clément d'Alexandrie et Plotin ; son sens est très discuté et les traductions varient beaucoup.

  • Jacinto Benavente (Madrid 1866-Madrid 1954)
    Quand on ne pense pas ce que l'on dit, c'est qu'on dit ce que l'on pense.
    Cuando no se piensa lo que se dice es cuando se dice lo que se piensa.
    No quiero, no quiero !, III, 4
  • Henry David Thoreau (Concord, Massachusetts, 1817-Concord, Massachusetts, 1862)
    Ce qu'un homme pense de lui-même, voilà ce qui règle ou plutôt indique son destin.
    What a man thinks of himself, that it is which determines, or rather indicates, his fate.
    Walden, Economy

Mots proches

Quel mode convient-il d'employer à la suite de la locution « après que » ?