mieux

adverbe

(latin melius)

Définitions de mieux


  • D'une manière meilleure, plus convenable : Il travaille mieux que moi.
  • En meilleure condition, en meilleure santé ou plus à l'aise : Vous serez mieux à la campagne.
  • Avec la plus grande perfection, d'une façon préférable à toute autre : La femme la mieux habillée de Paris.
  • Apporte une précision en tête de phrase, sans article (seul ou dans l'expression qui mieux est) : J'accepte vos projets, qui mieux est, je vous soutiendrai devant vos adversaires.

Expressions avec mieux



  • Aimer mieux,

    préférer.
  • Aller mieux,

    avoir une santé meilleure, être dans un état plus favorable : Les affaires vont mieux.
  • À qui mieux mieux,

    à l'envi, avec émulation.
  • De mieux en mieux,

    en progressant sans interruption vers le bien : Travailler de mieux en mieux ; de plus en plus fort, extraordinaire (exclamation souvent ironique).
  • En attendant mieux,

    en attendant une circonstance plus favorable.
  • Faire mieux de,

    agir plus rationnellement, d'une manière plus avantageuse : On ferait mieux de réfléchir avant de parler.
  • Ne pas demander mieux que de,

    être tout à fait disposé à : Je ne demande pas mieux que d'y aller.
  • Pour mieux dire,

    pour parler plus exactement.
  • Trouver mieux,

    trouver quelqu'un, quelque chose qui convienne mieux.
  • Valoir mieux,

    avoir plus de valeur, plus de mérite, en parlant de quelqu'un ; être préférable, en parlant de quelque chose.

Difficultés de mieux


  • EMPLOI

    Mieux est le comparatif de supériorité de bien (contrairement aux autres adverbes, bien ne se construit pas avec plus) : elle chante mieux que les autres. Précédé de l'article défini, il forme le superlatif de bien : c'est elle qui chante le mieux.

    Il vaut mieux. On dit, on écrit : il vaut mieux (et non : *il faut mieux) : il vaut mieux partir tôt.

    Le mieux / du mieux. L'un et l'autre se disent : il fait le mieux possible ; il fait du mieux qu'il peut.

    De mieux. Ce tour (dix francs de mieux, une seconde de mieux) appartient à l'expression orale relâchée.
    recommandation :
    Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, tourner la phrase autrement : c'est payé dix francs de plus, je gagne dix francs sur le prix, etc. ; il a amélioré son propre record d'une seconde, il a couru en une seconde de moins, etc.

  • ACCORD

    Des mieux (+ adjectif) : accord de l'adjectif.
    Quand le nom ou le pronom auquel l'adjectif se rapporte est au pluriel, l'adjectif s'accorde en genre et en nombre : ces toiles sont des mieux peintes, ils sont des mieux informés.
    Quand le nom ou le pronom auquel l'adjectif se rapporte est au singulier, l'adjectif s'accorde en genre mais se met normalement au pluriel : cette toile est des mieux peintes ; il est des mieux informés (des mieux = parmi les mieux).
    Néanmoins, des mieux peut être compris comme un équivalent de très bien ; aussi admet-on aujourd'hui que l'adjectif s'accorde en genre mais reste au singulier après un nom ou un pronom au singulier : cette toile est des mieux peinte ; il est des mieux informé.

    L'adjectif est toujours au masculin singulier s'il se rapporte à un pronom neutre : c'est des mieux réussi.

    À qui mieux mieux (= chacun s'efforçant de faire mieux que l'autre) exige un sujet au pluriel : ils s'épient et se jalousent à qui mieux mieux (mais non : *il court à qui mieux mieux).

    La maison la mieux ensoleillée / la maison le mieux ensoleillée. → le

  • CONSTRUCTION

    Le mieux que (+ subjonctif ou indicatif). Le mieux que est le plus souvent suivi du subjonctif : le mieux qu'il puisse faire, c'est de rembourser la totalité des dégâts (= ce qu'il a de mieux à faire, ce qu'il devrait faire, mais qu'il ne fera peut-être pas). L'indicatif, également employé, introduit une nuance différente : le mieux qu'il peut faire, c'est de rembourser la moitié des dégâts (= ce qu'il peut faire de mieux, il ne pourra pas faire mieux de toute façon).

    Mieux que... ne. Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, mieux que entraîne l'emploi du ne explétif : c'est mieux que vous ne le dites (préférable à : c'est mieux que vous le dites). - Après une proposition interrogative ou négative, le ne explétif peut être omis : est-ce mieux que vous le dites ? ce n'est pas mieux que vous le dites.

    Mieux vaut... que de... / mieux vaut... que...(mieux vaut entendre cela que d'être sourd ou mieux vaut entendre cela qu'être sourd). → de

Mots proches

Un seul de ces mots prend un accent sur le « a ». Lequel ?