En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dwight David Eisenhower

Investiture d'Eisenhower, 1957
Investiture d'Eisenhower, 1957

Général et homme d'État américain (Denison, Texas, 1890-Washington 1969).

Général victorieux à la tête des armées alliées en 1945, Dwight David (dit « Ike ») Eisenhower fut le président des États-Unis à l'époque de la guerre froide. Il ébaucha cependant la politique de coexistence pacifique avec l'Union soviétique.

1. La carrière militaire

1.1. D'Abilene à Londres

Né à Abilene, au Texas, Dwight David Eisenhower passe sa jeunesse au Kansas, parmi six frères et sœurs. Sorti de West Point en 1915, promu commandant dès 1918, il sert à Panamá (1922-1924) puis aux Philippines (1935-1939), où il se lie avec MacArthur, et passe à 48 ans son brevet de pilote.

Le général Marshall le fait entrer à l'état-major général en 1941. Envoyé à Londres, en 1942, Eisenhower devient le chef des forces américaines en Europe : général de brigade, il est alors à peu près inconnu, mais son aptitude pour les relations publiques, son talent pour forcer la collaboration quelque fois malaisée entre les Américains nouveaux venus et les généraux britanniques, sont appréciées.

C'est pour raison qu'il est chargé de mettre au point le débarquement allié en Afrique du Nord. Cette première expérience pour lui sur le terrain lui fait prendre conscience du manque de préparation américain.

Nommé commandant des armées alliées en Afrique du Nord (11 février 1943), il dirige la campagne de Tunisie (novembre 1942-mai 1943) ainsi que les débarquements en Sicile et en Italie (mai-septembre 1943). Revenu à Londres fin 1943, Eisenhower est placé à la tête des forces alliées chargées de la libération de l'Europe occidentale.

1.2. L'homme d'Overlord

À ce poste, « Ike » donne la mesure de son autorité et apparaît comme le véritable créateur de l'état-major combiné terrestre, naval et aérien. Le coup de boutoir allié est fixé au mois de mai, puis de juin 1944 ; il aura lieu sur une côte normande. Baptisée « Overlord », l'opération est retardée de 24 heures en raison du mauvais temps. Dans un message à ses troupes, daté précisément du 5 juin 1944, Eisenhower rappelle l'enjeu de ce qu'il nomme lui-même « la grande croisade » et conclue : « Nous n'accepterons que la victoire totale. » « OK, let's go ! » (« C'est bon, on y va ! »), c'est par ces simples mots que le général Eisenhower donne l'ordre, le 6 juin 1944, du débarquement allié de Normandie.

Eisenhower est à l'origine de la fabrication des chars amphibies DD (Duplex Drive, dits « Donald Duck »). Les péniches de débarquement – indispensables au transport des 1 200 000 GI massés dans le sud de l'Angleterre — et les Jeep sont aussi des instruments déterminants de la logistique en vue du jour J, auquel la Résistance française se prépare dès que la radio de Londres diffuse ces deux vers de Verlaine : « Les sanglots longs des violons de l'automne/Bercent mon cœur d'une langueur monotone. » Le 7 mai 1945, Einsenhower reçoit, à Reims, la capitulation de l'Allemagne.

1.3. Le retour du soldat

Au faîte de sa gloire, le général victorieux rentre aux États-Unis. Promu chef d'état-major de l'armée américaine, il quitte cependant le service actif et est élu, en 1948, président de l'université Columbia. Rappelé peu avant la signature du pacte de l'Atlantique Nord (1949), il est nommé président du Comité des chefs d'état-major américains (Joint Chiefs of Staff) et conseiller militaire du président Truman. En 1950, il met sur pied le SHAPE, qu'il dirige à Rocquencourt jusqu'en 1952.

2. La carrière présidentielle

2.1. J. F. Dulles et la doctrine du roll-back

Poussé par son entourage, Einsenhower est investi par le parti républicain et se présente à l'élection de 1952 qu'il remporte avec éclat face au pâle démocrate Stevenson. Pour diriger la politique extérieure américaine, il fait appel à John Foster Dulles, partisan d'une ligne dure à l'égard du bloc de l'Est et auteur de la doctrine du roll-back, c'est-à-dire du refoulement du communisme.

De longs pourparlers aboutissent à une reconnaissance respective des deux Corées par les États-Unis et l'URSS et à un armistice en juillet 1953 (→ guerre de Corée). Si Washington refuse d'intervenir en Indochine aux côtés de la France, les Américains veillent à la mise sur pied de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (OTASE, septembre 1954). En Europe, ils s'emploient à faire des démocraties libérales un rempart contre le bloc dominé par l'URSS. À la mort de Staline, en 1953, Eisenhower fait preuve de pragmatisme en favorisant le timide dégel. La politique de J. F. Dulles s'assouplit quelque peu ; c'est ainsi que les deux super-grands parviennent à un accord sur l'indépendance et la neutralité de l'Autriche (mai 1955). Toutefois, Einsenhower n'intervient pas en Hongrie au moment de l'insurrection de Budapest en 1956.

2.2. Vers la détente avec l'Union soviétique

Après sa réélection en 1956, le président américain s'efforce de résoudre le problème racial dans le Sud par l'intégration scolaire ; il impose aussi l'arbitrage de l'État en cas de conflit entre patrons et ouvriers afin de réduire les dangers économiques et sociaux d'une grève.

En faisant adopter par le Congrès (janvier 1957) son plan d'aide militaire et économique aux pays du Moyen-Orient (la « doctrine Eisenhower »), il justifie par avance l'intervention américaine par la volonté de les protéger « contre une agression armée provenant de tout pays dominé par le communisme international ». Conscient de l'avance prise par les Soviétiques dans le domaine de la conquête spatiale, il accélère le programme américain de missiles intercontinentaux. La politique de détente avec l'URSS s'amorce cependant à l'occasion du voyage officiel de Khrouchtchev aux États-Unis (septembre 1959).

En vertu d'un amendement à la Constitution, promulgué en 1951, Eisenhower ne peut pas se présenter à un troisième mandat présidentiel. Lui qui avait fait revenir les républicains au pouvoir aura pour successeur un démocrate, John F. Kennedy. Il publiera ses Mémoires sur la période 1956-1961 entre 1963 et 1965.

Pour en savoir plus, voir les articles coexistence pacifique, guerre froide, États-Unis : histoire, États-Unis : vie politique depuis 1945.