En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

vessie

Vessie
Vessie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Réservoir naturel de forme sphérique dans lequel l'urine s'accumule entre les mictions. (P.N.A. vesica urinaria.)

Structure

La vessie fait partie, avec l'urètre, du bas appareil urinaire. Elle est située dans le petit bassin, sous le péritoine, en avant de l'utérus chez la femme et du rectum chez l'homme. Sa paroi, épaisse d'environ 0,5 centimètre, est constituée de 2 tuniques : l'une, externe, est musculaire (muscle vésical, ou detrusor) ; l'autre, interne, en contact avec l'urine, est muqueuse. L'abouchement urétérovésical (abouchement des uretères à la vessie) est muni d'un dispositif antireflux, sorte de valve qui empêche l'urine vésicale de refluer vers chaque uretère. Le col vésical, partie la plus basse de la vessie, s'ouvre dans l'urètre ; il est entouré d'un sphincter qui permet son ouverture et sa fermeture lors de la miction ; chez l'homme, il repose sur la prostate.

Physiologie

La miction se déroule en plusieurs phases qui obéissent à un contrôle neurologique réflexe. Lors de la phase de remplissage vésical, l'urine élaborée par les reins est évacuée dans la vessie par les uretères. La pression intravésicale reste basse, le muscle vésical se laissant distendre. Le col vésical et le sphincter urétral sont alors fermés, ce qui permet la continence. Lorsque la vessie est pleine (sa capacité moyenne est de 300 à 400 millilitres), le besoin mictionnel apparaît. Les sphincters de l'urètre et du col vésical se relâchent, abaissant la pression urétrale, tandis que le muscle vésical se contracte, entraînant la vidange de la vessie et l'évacuation de l'urine par l'urètre. En fin de miction, les sphincters se referment, rétablissant la pression urétrale, et le muscle vésical se détend de façon que la vessie puisse de nouveau se remplir.

Examens

La vessie est explorée principalement par la cystoscopie, l'échographie vésicale, la cystographie rétrograde, l'urographie intraveineuse, le scanner, l'examen cytobactériologique des urines (E.C.B.U.), la cytologie urinaire et l'exploration urodynamique.

Pathologie

La vessie peut être le siège de malformations (exstrophie vésicale), d'infections (cystite), de tumeurs, bénignes ou malignes, d'un diverticule (petite cavité pathologique), de troubles neurologiques (vessie neurologique), d'un globe vésical (vessie distendue par une rétention d'urine), d'une lithiase (présence de calculs), etc.

Voir : cystite, cystographie, cystoplastie, cystoscopie, appareil urinaire, urine.