En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

streptococcus pneumoniæ ou pneumocoque

Pneumocoque
Pneumocoque

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Bactérie à Gram positif responsable d'infections bronchopulmonaires et oto-rhino-laryngologiques, susceptibles de se compliquer de méningites.

Ces bactéries sont des cocci (bactéries de forme arrondie), le plus souvent groupés par deux, formant un « 8 » ou de longues chaînettes lorsqu'ils sont cultivés en laboratoire. Ce sont des bactéries fragiles, incapables de survivre dans le milieu extérieur, commensales (vivant sur un hôte sans lui nuire) du rhinopharynx chez le sujet sain.

Pathologie et traitement

Les infections bronchopulmonaires à Streptococcus pneumoniæ sont des pneumonies (pneumonie franche lobaire aiguë), des bronchites et des pleurésies ; les infections oto-rhino-laryngologiques sont des otites, des sinusites et des mastoïdites se compliquant souvent de méningites. Ces affections touchent plus fréquemment les personnes très âgées et les enfants, les sujets souffrant d'insuffisance respiratoire ou cardiaque, de drépanocytose ainsi que les personnes ayant subi une ablation de la rate et les immunodéprimés. Elles sont traitées par administration de dérivés des pénicillines (amoxicillines ou céphalosporines). Cependant, la fréquence des souches de sensibilité diminuée, voire résistantes à la pénicilline G étant sans cesse croissante, un antibiogramme doit systématiquement être réalisé, suivi éventuellement d'un dosage de la concentration minimale inhibitrice (C.M.I.) de diverses bêtalactamines, afin de déterminer laquelle est la plus active sur la souche en présence.