En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

stimulateur cardiaque ou pacemaker ou stimulateur artificiel

Localisation d'un stimulateur cardiaque
Localisation d'un stimulateur cardiaque

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Appareil électronique implanté dans le corps et qui délivre au myocarde (muscle du cœur) des impulsions électriques régulières.

Description

Un stimulateur cardiaque est constitué d'une pile, qui génère des impulsions, et d'un circuit électronique, qui en permet l'émission et le contrôle. Ces impulsions sont transmises au myocarde par l'intermédiaire d'un fil conducteur, ou sonde d'entraînement, qui est introduit par voie veineuse jusqu'aux cavités cardiaques droites. L'implantation est effectuée sous anesthésie locale : le boîtier de stimulation est enfoui dans une loge préparée entre la peau du thorax et le muscle grand pectoral, l'implantation ne nécessitant qu'une hospitalisation de quelques jours. La présence du boîtier n'entraîne qu'une gêne locale minime. L'utilisation de piles au lithium et la miniaturisation des circuits électroniques permettent à un stimulateur de fonctionner plusieurs années.

Rôle et indications

Le stimulateur cardiaque est indiqué dans tout cas de défaillance des voies de conduction électrique naturelles du cœur (nœud sinusal, nœud auriculoventriculaire, tronc et branches du faisceau de His), en particulier lorsque celles-ci ne permettent plus d'obtenir des contractions à fréquence normale.

Les troubles de la conduction cardiaque, responsables de malaises et de syncopes, nécessitent en général des stimulateurs qui fonctionnent à la demande (stimulation sentinelle) et ne délivrent une impulsion qu'en cas de déficience du rythme cardiaque spontané. Ce mode de stimulation permet ainsi, par rapport à la stimulation fixe (continue, quel que soit le rythme cardiaque propre du malade), d'allonger la durée de vie de la pile en réduisant au minimum la consommation d'énergie.

Les progrès technologiques permettent aujourd'hui de se rapprocher des conditions physiologiques en stimulant à la fois l'oreillette et le ventricule (stimulateur « double chambre ») et en accélérant le rythme cardiaque au cours d'un effort.

Une indication plus récente du stimulateur est l'insuffisance cardiaque avancée. La stimulation est alors appliquée conjointement aux deux ventricules (elle est dite multisite) et vise à resynchroniser leur contraction, cette simultanéité conditionnant l'efficacité de l'éjection du sang par les ventricules.

Surveillance

Le port d'un stimulateur cardiaque nécessite un suivi médical régulier en raison des risques qu'il comporte. Le bon fonctionnement du stimulateur et l'état de santé du malade doivent donc être vérifiés par un spécialiste deux fois par an. Les résultats sont consignés dans un carnet que tout porteur de stimulateur cardiaque doit garder sur lui.

Le risque électrique réside dans l'épuisement de la pile. Le remplacement de celle-ci, en temps et en heure, se fait au prix d'une réintervention minime.

Le risque électronique doit être contourné en évitant la proximité de toute source de courant électromagnétique puissant (imagerie par résonance magnétique [I.R.M.], portiques de contrôle des aéroports, etc.) qui pourrait créer des interférences.

Le risque mécanique existe lorsqu'il y a mise en tension du système sonde-boîtier, par traumatisme direct ou mouvement d'extension extrême des membres supérieurs, par exemple.