En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sevrage du nourrisson

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Passage de l'allaitement au sein à l'allaitement au biberon.

Le sevrage du nourrisson devrait, dans l'idéal, intervenir au moment qui apparaît aux parents comme le plus favorable, aussi bien pour eux-mêmes que pour le nourrisson : la mère peut avoir envie de vivre un nouveau mode de relation, moins fusionnel, avec son enfant ; elle peut aussi percevoir que celui-ci est prêt à renoncer au plaisir du sein en faveur d'autres expériences nutritives. Dans les faits, le moment du sevrage, qui intervient souvent avant l'âge de 3 mois, répond le plus souvent à des impératifs économiques (reprise du travail de la mère) ou à la diminution de la quantité de lait maternel (par suite de surmenage ou d'angoisse, notamment).

Le passage au biberon doit s'effectuer progressivement, au rythme de la mère et de l'enfant. Il est conseillé de remplacer une tétée – de préférence la moins abondante – par un biberon de lait premier âge. Dès que le nourrisson commence à s'habituer au biberon, on peut introduire un deuxième biberon par jour et ainsi de suite jusqu'au complet remplacement des tétées au sein par les repas au biberon. Le sevrage peut s'étendre sur une semaine ou plus. Ainsi la mère diminue progressivement sa sécrétion lactée et l'enfant s'habitue à ce nouveau mode de relation, plus autonome.