En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sein ou mamelle

Structure du sein
Structure du sein

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Glande mammaire. (P.N.A. mamma.)

Structure

Chez la femme, les seins sont centrés par un mamelon, lui-même entouré d'une zone pigmentée, l'aréole. La peau de l'aréole, très fine, est légèrement déformée par les orifices des glandes sébacées, des glandes sudoripares et des follicules pileux. La glande mammaire est constituée d'une vingtaine de lobes glandulaires noyés dans du tissu graisseux. Les canaux excréteurs de ces lobes, appelés canaux galactophores, débouchent sur le mamelon. Les seins reposent en arrière sur le muscle pectoral. Les moyens de fixation du sein sont la peau et les structures fibreuses qui pénètrent la glande mammaire pour le soutenir.

Chez l'homme, les seins demeurent immatures et ne contiennent pas de glande mammaire.

Physiologie

Le développement des seins est le premier signe de la puberté féminine. Il se fait sous l'influence des œstrogènes, de la progestérone et des hormones hypophysaires (hormone folliculostimulante, ou FSH, hormone lutéinisante, ou LH, prolactine). Les seins acquièrent alors un volume variable selon les femmes. La glande mammaire réagit aux variations hormonales au cours du cycle menstruel et augmente de volume en période prémenstruelle sous l'effet des œstrogènes. À la ménopause, la production ovarienne d'œstrogènes s'effondre, ce qui entraîne une diminution du volume des seins.

La principale fonction biologique du sein est la production du lait. Pendant la grossesse, les œstrogènes sécrétés par l'ovaire et la progestérone sécrétée par le corps jaune, puis par le placenta, provoquent le développement des glandes mammaires ainsi que l'élargissement des mamelons. Juste après l'accouchement, les seins produisent un liquide, le colostrum. Celui-ci fait place au lait maternel, au bout de 3 jours, sous l'influence de la prolactine.

Outre sa fonction alimentaire, le sein féminin a un rôle esthétique et sexuel. L'érection du mamelon est une des premières manifestations de l'excitation sexuelle, suivie d'une turgescence de l'aréole.

Examens et pathologie

La palpation des seins doit être pratiquée systématiquement au cours d'un examen gynécologique. En outre, toute femme doit régulièrement réaliser un « autoexamen des seins » afin de dépister elle-même, le plus tôt possible, des lésions bénignes du sein et de pouvoir, le cas échéant, consulter un spécialiste. La femme se met torse nu devant une glace et évalue la symétrie de sa poitrine, l'existence d'une éventuelle rétraction de la peau. En mettant les bras en l'air, elle apprécie l'élévation des seins et une éventuelle dissymétrie d'élévation. Puis elle palpe chaque sein avec la main du côté opposé. Avec sa main à plat écrasant le sein contre le thorax, elle recherche l'existence d'un nodule ou d'une zone indurée. La femme vérifie également l'absence de petites croûtes sur le mamelon ainsi que l'absence de déformation ou de rétraction de ce dernier. Elle presse enfin chaque mamelon ; si une goutte de liquide apparaît sur un sein, elle le signale à son médecin.

Parmi les autres examens du sein, la mammographie (radiographie du sein) doit être pratiquée tous les 2 ans à partir de l'âge de 50 ans, plus tôt s’il existe des antécédents familiaux ou un passé de traitement de stimulation de l’ovulation. Une biopsie du sein peut être réalisée pour analyser une zone suspecte découverte lors d’une mammographie ou une échographie mammaire.

En dehors des périodes d'allaitement, lors duquel le sein peut faire l'objet d'une inflammation (lymphangite) évoluant parfois vers un abcès, les principales pathologies du sein sont tumorales : nodule, kyste, cancer.

Voir : crevasse, mammaire, mammographie, mammoplastie, mastodynie.