En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

rachitisme

Rachitisme
Rachitisme

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Maladie de l'enfance et de l'adolescence due le plus souvent à une carence en vitamine D et se traduisant par une minéralisation insuffisante des os.

Causes

Le rachitisme est lié à une perturbation du métabolisme phosphocalcique : les os ne parviennent pas à fixer des quantités suffisantes de calcium et de phosphore et subissent des déformations réversibles. La carence en vitamine D peut être due à un déficit alimentaire, surtout dans les pays en développement, mais aussi solaire. Une forme particulière de rachitisme, dite vitaminorésistante, provient non pas d'une carence en vitamine D mais d'une anomalie rénale qui empêche la transformation par le rein du 1-25 (OH)2 cholécalciférol, forme active de la vitamine D.

Symptômes et diagnostic

Le rachitisme se traduit par des déformations variables du squelette : os des membres inférieurs anormalement courbés, épaississement de l'extrémité des os, perceptible aux poignets et aux chevilles, crâne réagissant à la pression comme une balle de Celluloïd avec fermeture retardée de la fontanelle antérieure, bourrelets au niveau des côtes. Le diagnostic est établi, pour les nourrissons, entre 4 et 12 mois. L'examen radiologique, en particulier celui du poignet, montre un retard d'apparition des points d'ossification et des déformations métaphysaires des os, et les dosages sanguins révèlent, dans les cas sévères, une baisse anormale des taux sanguins de phosphore et de calcium et une augmentation des phosphatases alcalines.

Traitement et prévention

Le traitement repose sur l'administration de vitamine D. Les rachitismes vitaminorésistants peuvent aujourd'hui être traités grâce à la mise au point de 1-25 (OH)2 cholécalciférol de synthèse. L'administration systématique, sur prescription médicale, de vitamine D aux nourrissons ainsi que la supplémentation en vitamine D des laits infantiles permettent de nos jours d'assurer une prévention efficace de la maladie.

Voir : avitaminose, craniotabès, ostéodystrophie.