En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ovaire

Ovaire
Ovaire

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Chacune des deux glandes génitales de la femme. (P.N.A. ovarium.)

Les ovaires, avec les deux trompes de Fallope et l'utérus, constituent l'appareil génital interne féminin.

Structure

Chez la femme adulte, les ovaires sont de petites billes de 4 centimètres de longueur, de 2 centimètres de largeur et de 1 centimètre d'épaisseur. Ils sont situés de part et d'autre de l'utérus et leur face interne correspond au pavillon de la trompe. Des ligaments les relient aux organes voisins (utérus, trompes), mais ils restent mobiles. Un ovaire est composé de 2 couches de tissu : au centre, la partie médullaire contient les vaisseaux sanguins assurant l'irrigation ; à la périphérie, la partie corticale, qui occupe les deux tiers de la glande, contient à la naissance tous les follicules qui assureront au cours de chaque cycle menstruel la maturation d'un ovocyte et l'expulsion d'un ovule, élément femelle de la reproduction.

Fonction

Le rôle de l'ovaire est double : d'une part, il libère tous les mois chez la femme, de la puberté à la ménopause, un ovule mûri dans le follicule ; d'autre part, il sécrète les hormones sexuelles féminines (œstrogènes). Le follicule ovarien se transforme ensuite en corps jaune, sécrétant œstrogènes et progestérone et régressant en fin de cycle en l'absence de fécondation. La stimulation de l'ovaire obéit à la sécrétion des gonadotrophines hypophysaires, les hormones folliculostimulante (FSH) et lutéinisante (LH).

Examens

Le toucher vaginal permet de rechercher des kystes ovariens. Les deux examens principaux des ovaires sont l'échographie et la cœlioscopie (introduction d'une optique par une petite incision abdominale).

Pathologie

L'ovaire peut être le siège de lésions inflammatoires dans le cadre d'une salpingite (inflammation d'une ou des trompes), de tumeurs bénignes (kystes) ou malignes (cancers), les dysembryomes pouvant être bénins ou malins. Certaines de ces tumeurs sécrètent des hormones féminisantes (œstrogènes) ou masculinisantes (androgènes). L'insuffisance ovarienne entraîne des troubles du cycle menstruel et, souvent, une stérilité.

Voir : appareil génital féminin, ovariectomie, ovarite, ovulation, syndrome de Turner.