Identifiez-vous ou Créez un compte

leucorrhée ou perte blanche ou perte vaginale

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Écoulement vaginal non sanglant.

Description

Les leucorrhées, connues sous le nom de pertes blanches, ou pertes vaginales, se manifestent par une exagération des sécrétions génitales normales. Elles sont plus ou moins abondantes, fluides ou épaisses (granuleuses, mousseuses), blanches ou teintées (grisâtres, jaunâtres, verdâtres), parfois d'odeur désagréable. Elles s'accompagnent souvent d'une irritation locale, de brûlures, de démangeaisons et de douleurs pendant les rapports sexuels.

Causes

Le plus souvent, elles sont d'origine infectieuse : infection de la vulve (vulvite), du vagin (vaginite), du col utérin (cervicite), de l'utérus (endométrite), des trompes de Fallope (salpingite).

Les agents responsables sont surtout des champignons (Candida albicans), des parasites (Trichomonas vaginalis), des bactéries (Gardnerella vaginalis, gonocoque, mycoplasme), des chlamydiae. Plusieurs germes sont parfois associés. Ils se transmettent par voie sexuelle. Les facteurs favorisant les infections à champignons sont les toilettes intimes avec un savon acide, la lingerie de textile synthétique serrée, les pantalons ajustés, la grossesse, le diabète et les modifications de l’équilibre hormonal retentissant sur la composition de la flore vaginale.

Diagnostic et évolution

Le diagnostic est fondé sur un frottis (examen au microscope de prélèvements effectués en différents endroits de l'appareil génital et étalés sur une lame). Un antibiogramme listant les médicaments efficaces peut être demandé. En cas d'atteinte du vagin ou du col, la présence d'un stérilet favorise l'extension de l'infection aux trompes. C'est pourquoi celui-ci doit parfois être enlevé.

Chez la femme enceinte, les leucorrhées peuvent transmettre une infection à l’enfant, surtout à l’occasion de l’accouchement : infections à chlamydia, mycoplasme, gonocoque, surtout responsables de conjonctivites ; leur traitement est délicat et se fait par des médicaments appropriés à la femme enceinte.

Traitement et pronostic

Le traitement antibiotique, qui diffère selon l'agent infectieux, doit être suffisamment prolongé, parfois répété. Pour Candida albicans, il est le plus souvent local, tandis que, pour le trichomonas, il doit être général. L'examen et le traitement simultané du partenaire sexuel sont impératifs.

Les leucorrhées sont sensibles au traitement mais elles récidivent fréquemment. Négligées, les infections génitales, notamment les salpingites, peuvent être responsables d'une stérilité.