En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

laxatif

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Médicament utilisé dans le traitement de la constipation.

Un régime alimentaire riche en fibres (légumes verts, son, etc.), l'absorption d'eau en quantité suffisante, des horaires réguliers de repas, une gymnastique abdominale soulagent habituellement une constipation. Si, néanmoins, celle-ci persiste, le médecin peut prescrire des laxatifs.

Les laxatifs comprennent différents types de médicaments, classés en plusieurs groupes d'après leur mode d'administration et leur mécanisme d'action.

LES LAXATIFS PRIS PAR VOIE ORALE

Les laxatifs de lest (mucilage, son) doivent être avalés avec beaucoup d'eau. Ainsi gonflés, ils augmentent le volume et la consistance du contenu de l'intestin. Les selles sont rendues plus molles et donc plus faciles à éliminer. Parfois, ils entraînent une sensation de ballonnement abdominal. L'effet peut n'être obtenu qu'après 2 ou 3 jours de traitement.

Les laxatifs lubrifiants (huile de paraffine) ramollissent les selles, facilitant ainsi leur passage. Leur délai d'action est de 8 à 24 heures. En cas de surdosage, ils peuvent recouvrir la paroi intestinale et empêcher l'absorption des vitamines ; des fuites huileuses anales sont possibles.

Les laxatifs osmotiques (sorbitol, lactulose, mannitol) retiennent l'eau du corps dans l'intestin et augmentent ainsi le volume et l'hydratation des selles. Leur délai d'action est de 24 à 48 heures. Ils peuvent provoquer des crampes intestinales ou une flatulence.

Les laxatifs stimulants, notamment ceux à base de plantes (aloès, boldo, bourdaine, séné), agissent en irritant l'intestin, dont les mouvements et les sécrétions se trouvent stimulés. Les selles séjournent alors moins longtemps dans l'intestin et y sont maintenues molles grâce à une meilleure hydratation. L'effet irritant de ces laxatifs ne doit les faire utiliser que de façon épisodique et en cure très brève, car, même sous forme de tisane, leur usage régulier entraînerait des douleurs, une inflammation de l'intestin et une accoutumance. Ce sont des purgatifs (laxatifs puissants).

LES LAXATIFS UTILISÉS PAR VOIE RECTALE

Quand les laxatifs pris par voie orale n'ont pas d'effet ou quand la constipation se situe sur la portion terminale du transit (fin du côlon, ampoule rectale), des lavements ou des suppositoires (glycérine) sont employés. Selon leur composition, ils agissent soit par osmose (ils attirent l'eau de l'organisme), soit par dégagement de gaz, soit par irritation de la muqueuse, de façon à stimuler mouvements et sécrétions de l'intestin. Ils provoquent une évacuation rapide des selles : leur délai d'action est de quelques minutes. Leur utilisation prolongée est déconseillée.

L'utilisation d'un laxatif, par voie orale ou rectale, doit être arrêtée dès le rétablissement d'un transit intestinal normal pour éviter une diarrhée ou des troubles plus graves.