En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

insuline

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Hormone hypoglycémiante (diminuant le taux de glucose dans le sang) sécrétée par le pancréas et dont l'insuffisance provoque le diabète.

L'insuline est produite dans le pancréas par les cellules bêta des îlots de Langerhans sous forme de pro-insuline, une forme inactive de stockage ; selon les besoins de l'organisme, la pro-insuline se divise en deux parties : le peptide C et l'insuline. Cette dernière, libérée dans le sang, se fixe sur des récepteurs spécifiques situés sur les membranes des cellules, dans le foie, les muscles et le tissu adipeux.

L'insuline est la seule hormone de l'organisme à action hypoglycémiante : elle fait entrer le glucose du sang à l'intérieur des cellules, qui s'en servent pour produire de l'énergie. Cependant, lorsqu'elle se fixe dans le foie, l'insuline favorise la mise en réserve du glucose sous forme de glycogène. Par ailleurs, cette hormone favorise la synthèse des protéines et empêche la destruction des lipides. La régulation de la sécrétion d'insuline est directe : une hyperglycémie (augmentation du taux sanguin de glucose) stimule sa synthèse.

Troubles du métabolisme de l'insuline

Une insuffisance absolue ou relative de la sécrétion d'insuline provoque un diabète sucré. Celui-ci se manifeste principalement par une hyperglycémie.

Utilisation thérapeutique

L'insuline thérapeutique est aujourd'hui fabriquée par génie génétique et a exactement la même composition que l'insuline humaine ou, dans le cas des analogues de l’insuline, une composition modifiée pour raccourcir ou allonger la durée d’action. Selon leur durée d'action, on distingue trois formes d'insuline : ordinaire (de 6 à 8 heures), intermédiaire (12 heures), lente (plus de 24 heures), mais aussi des analogues plus rapides, ou d’effet plus stable. L'insuline est prescrite en cas de diabète, surtout insulinodépendant. Le malade apprend à se faire les injections par voie sous-cutanée, de une à six fois par jour. Par ailleurs, le médecin peut employer l'insuline ordinaire par voie sous-cutanée ou intraveineuse (au besoin à l'aide d'une pompe électrique assurant une perfusion intraveineuse continue) pour les urgences (hyperglycémie majeure, acidocétose diabétique). Il n'existe pas actuellement d'autres voies d'administration que la voie sous-cutanée.

Voir : diabète sucré, hypoglycémie, pancréas, pompe à insuline.