En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hypertension intracrânienne

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Augmentation anormale de la pression à l'intérieur du crâne.

Causes

Un œdème cérébral (infiltration diffuse de liquide provenant du plasma sanguin), une hypertension artérielle grave, une crise d'éclampsie (convulsions associées à une hypertension artérielle) pendant la grossesse, une ischémie (ralentissement de la circulation du sang), un hématome cérébral, une encéphalite herpétique (infection de l'encéphale due au virus de l'herpès) ou une tumeur peuvent déclencher une hypertension intracrânienne.

L'augmentation de pression entraîne une compression des tissus voisins, qui favorise à son tour l'œdème cérébral, gêne la libre circulation du liquide cérébrospinal et entraîne une hydrocéphalie, caractérisée par une accumulation du liquide rachidien dans les cavités intracérébrales : un cercle vicieux extrêmement dangereux s'établit ainsi. En outre, cette augmentation de pression peut provoquer un engagement de tissu cérébelleux dans le trou occipital avec risque de compression bulbaire.

Il existe une forme particulière d'hypertension intracrânienne, dite bénigne ou idiopathique, touchant préférentiellement les femmes jeunes et en surpoids, dont la cause est inconnue et dont le risque principal est la cécité suite à l'œdème papillaire chronique.

Symptômes et signes

Deux signes sont caractéristiques de l'hypertension intracrânienne : les céphalées (maux de tête) et les vomissements.

Les céphalées sont d'abord intermittentes, survenant le matin ou réveillant le malade dans la seconde partie de la nuit. Les vomissements, le plus souvent associés aux céphalées mais parfois isolés, se produisent facilement, en jets. L'examen du fond de l'œil (examen de la rétine à travers la pupille) montre un œdème (gonflement) de la papille optique (petite tache correspondant à l'origine du nerf optique).

Évolution

Peu à peu, des troubles de la conscience (somnolence puis coma) apparaissent, ainsi que de brèves périodes d'éclipses visuelles, éventuellement associées à une diminution de la capacité visuelle ou à une altération progressive du champ visuel.

Traitement

C'est celui de la cause, s'il est possible (médicaments, ablation d'une tumeur). Il existe des possibilités de traitement de l'œdème cérébral (corticostéroïdes, mannitol).

L'hypertension intracrânienne bénigne est traitée par des ponctions lombaires répétées, contre-indiquées dans les autres cas.

Des médicaments (acétazolamide), prescrits pour plusieurs mois ou plusieurs années, associés à un régime amaigrissant, peuvent permettre une guérison définitive. Dans de rares cas, il est fait recours à une dérivation permanente (drainage par cathétérisme) du liquide cérébrospinal.