En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hémiplégie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Paralysie affectant la moitié (gauche ou droite) du corps.

Une hémiplégie peut concerner une ou plusieurs parties du corps en même temps : il existe des hémiplégies d'un bras, d'une jambe, parfois de la face, mais toujours sur un seul côté du corps. Il peut y avoir des hémiplégies de toute une moitié du corps.

L'hémiplégie peut être soit spasmodique (les muscles atteints sont raides), soit flasque (les muscles sont mous et affaiblis).

Causes

Une hémiplégie a pour cause une lésion de la voie pyramidale, faisceau de fibres nerveuses qui vont du cortex cérébral jusqu'à différents niveaux de la moelle épinière et commandent la contraction des muscles. La lésion siège du côté opposé aux membres atteints : une hémiplégie gauche correspond à une lésion cérébrale droite et inversement. Cette lésion est elle-même consécutive à un accident vasculaire cérébral, ischémique (diminution ou arrêt de la circulation) ou hémorragique, à une tumeur ou à un traumatisme ou encore à une infection du système nerveux (abcès du cerveau). Les hémiplégies liées à des accidents vasculaires cérébraux débutent brutalement avant de régresser plus ou moins complètement ; celles qui correspondent à des tumeurs commencent progressivement, puis s'étendent et s'aggravent de plus en plus.

Symptômes et signes

Le malade bouge difficilement le bras et/ou la jambe du côté atteint et présente le signe de Babinski : le frottement du bord externe du pied provoque une extension lente du gros orteil.

Diagnostic

Pour déterminer le siège des lésions, on regarde si l'hémiplégie atteint la face, le bras, et/ou la jambe et avec quelle intensité relative (caractère proportionnel ou non proportionnel de l'hémiplégie). Ainsi, une lésion du cortex cérébral provoque une hémiplégie non proportionnelle (qui prédomine sur la face et le bras ou bien sur la cuisse) accompagnée d'une aphasie (perturbation du langage), d'une hémianopsie (cécité partielle), d'une astéréognosie (le sujet ne reconnaît pas les objets avec la main, les yeux fermés) ou d'une perte de connaissance. Une lésion du tronc cérébral, à la base de l'encéphale, provoque un syndrome alterne : la paralysie des membres affecte un côté du corps (par exemple le droit) alors que la paralysie des nerfs crâniens attachés à l'encéphale affecte l'autre côté (par exemple le côté gauche du visage). Cela s'explique par le fait que les fibres du faisceau pyramidal s'entrecroisent dans le tronc cérébral pour gagner le côté opposé.

Traitement

C'est essentiellement le traitement de la cause, qui peut faire régresser l'hémiplégie ou l'empêcher de s'aggraver. Il s'y ajoute celui des symptômes (ventilation assistée en cas de coma). Ultérieurement, la rééducation améliore souvent les séquelles motrices et l'orthophonie, celles du langage.

Voir : accident vasculaire cérébral.