En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

fréquence cardiaque

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Nombre de cycles cardiaques par unité de temps (par minute, conventionnellement).

La fréquence cardiaque au repos à l'âge adulte varie, selon les sujets, de 60 à 100 par minute. Elle est plus rapide chez l'enfant et diminue légèrement chez les sujets âgés. Elle s'accélère à l'effort ou lors d'un stress, sous l'effet d'une stimulation du nerf sympathique et de l'action de certaines hormones (adrénaline, noradrénaline) sur le nœud sinusal. Elle est ralentie par la stimulation du nerf pneumogastrique (ou vague), dont le tonus prédomine au repos. Elle est modulée, surtout chez le sujet jeune, par la respiration : s'accélérant à l'inspiration et diminuant à l'expiration. Si ce phénomène est marqué, on parle d'arythmie respiratoire.

La mesure de la fréquence cardiaque peut s'effectuer par la prise du pouls (palpation au niveau d'une artère périphérique de l'onde systolique, engendrée par la contraction des ventricules) ou, de manière plus précise, par l'auscultation prolongée des bruits du cœur au moyen d'un stéthoscope appliqué sur le thorax. Il est aussi possible de déterminer la fréquence cardiaque à partir d'un enregistrement électrocardiographique.

Pathologie

La fréquence cardiaque au repos peut être anormalement lente (moins de 60 cycles par minute) ou rapide (plus de 100 cycles par minute) ; on parle alors, respectivement, de bradycardie et de tachycardie. Si elle est irrégulière ou anarchique, il s'agit d'un trouble du rythme cardiaque.