En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

facteur de croissance

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Molécule favorisant ou inhibant la multiplication des cellules.

On distingue, selon leur structure chimique, différents types de facteurs de croissance : protéines (très longues chaînes d'acides aminés), peptides (chaînes plus courtes), stéroïdes (substances de la famille du cholestérol). L'action des facteurs de croissance sur leurs cellules cibles s'exerce selon des modes différents : ils interviennent tantôt sur la membrane cellulaire, tantôt sur le noyau de la cellule. Ils peuvent soit stimuler la division de la cellule qui les produit (stimulation autocrine), soit stimuler la croissance d'une autre cellule (stimulation paracrine), soit encore exercer leur action sur tout l'organisme par l'intermédiaire du sang (stimulation endocrine).

Mécanisme d'action

Le facteur de croissance se fixe tout d'abord sur une molécule chimique qui lui est spécifique, le récepteur. Ainsi activé, celui-ci provoque la synthèse d'une autre molécule chimique, le second messager (le premier messager étant le facteur de croissance lui-même). Celui-ci déclenche une suite de réactions chimiques aboutissant à la formation d'une protéine dite régulatrice (capable d'accélérer ou de ralentir les phénomènes), qui se fixe sur les gènes impliqués dans la division et la différenciation de la cellule et modifie leur degré d'activité.

Les facteurs de croissance favorisent ou limitent, selon le cas, la formation de nouveaux tissus, leur croissance, leur réparation après une lésion. Des divisions plus ou moins nombreuses déterminent le volume du tissu, la différenciation déterminant l'apparition de caractères particuliers propres aux différentes cellules (cellule sanguine, osseuse, etc.). Les facteurs de croissance sont aussi impliqués dans le développement ou l'inhibition du cancer, où le processus pathologique se caractérise à la fois par une division cellulaire trop importante et par une perte de la différenciation des cellules.

Utilisation thérapeutique

Les facteurs de croissance utilisés comme médicaments sont produits par génie génétique. La plupart d'entre eux n'ont pas encore dépassé la phase expérimentale, mais ils sont l'un des axes prioritaires de la recherche.

Trois facteurs de croissance, le GM-CSF (de l'anglais Granulocyte Macrophage Colony Stimulating Factor), le GCSF (de l'anglais Granulocyte Colony Stimulating Factor) et l'érythropoïétine, destinés à stimuler, les deux premiers, la multiplication des globules blancs, le troisième, celle des globules rouges, sont déjà commercialisés. Le GM-CSF et le GCSF sont utilisés pour réduire la durée de la leucopénie (baisse excessive du taux de globules blancs) survenant notamment au cours d'une chimiothérapie anticancéreuse, après une greffe de moelle osseuse et au cours du sida ; l'érythropoïétine, dans le traitement de certaines anémies, particulièrement celle de l'insuffisant rénal chronique dialysé. L'administration de ces facteurs de croissance s'effectue par injection. Le facteur de croissance des plaquettes (thrombopoïétine) a été identifié en 1994.