En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

dépense énergétique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Quantité d'énergie dépensée par un individu pour assurer son métabolisme de base, le maintien de sa température interne corporelle, sa croissance et son activité musculaire.

La dépense énergétique d'un individu est fonction de trois facteurs principaux : son métabolisme de base, sa thermogenèse et le coût de ses activités physiques.

Le métabolisme de base, ou métabolisme de repos, mesuré au repos complet, à jeun, dans une atmosphère calme et à température constante proche de la neutralité thermique (29 °C), correspond à l'énergie nécessaire pour maintenir les fonctions de base de l'organisme : rythme cardiaque, température, respiration, etc. Il représente près des deux tiers de la dépense énergétique globale et varie en fonction de la masse des tissus maigres (muscles, foie, cœur, etc.). Il diminue avec l'âge et est plus important chez l'homme que chez la femme. Il peut aussi être influencé par certaines hormones (hormones thyroïdiennes, par exemple).

La thermogenèse correspond à la quantité d'énergie nécessaire pour digérer des aliments, assimiler et stocker leurs composants nutritifs. Elle peut être stimulée par le stress ou par certaines substances, comme la caféine ou la nicotine, susceptibles d'accroître les dépenses énergétiques. Cela explique en partie pourquoi l'arrêt du tabac peut s'accompagner d'une prise de poids.

Le coût de l'activité physique, variable selon les individus (il semble influencé par des facteurs génétiques), ne dépasse généralement pas 15 à 20 % de la dépense énergétique globale chez les sédentaires. Il peut cependant s'accroître considérablement en fonction de la durée, de l'intensité et du type d'activité physique et aussi augmenter au fil d'un entraînement sportif.

L'équilibre du poids d'un individu dépend du bilan qui s'établit chez celui-ci entre les entrées énergétiques (apports caloriques) et l'ensemble des dépenses. Tout excès dans les apports, s'il n'est pas compensé par une augmentation des dépenses (par l'exercice physique notamment), conduit à un stockage de l'énergie excédentaire sous forme de graisse, donc à une prise de poids.

Voir : besoin énergétique.