En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cellule souche

Hématopoïèse
Hématopoïèse

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Cellule à l'origine de toutes les cellules.

Différents types de cellules souches

Les cellules souches normales sont celles du premier stade embryonnaire, lorsque l'œuf fécondé (cellule souche totipotente, c'est-à-dire capable de donner naissance à toutes les cellules possibles, qui va donner naissance à un organisme complet) s'est divisé en 2 à 5 jours pour former le blastocyte, dont les cellules sont pluripotentes (capables de donner naissance à certaines cellules), puis, au fur et à mesure du développement de l'embryon, deviennent multipotentes et se spécialisent en lignées susceptibles de générer différents tissus.

Les cellules souches hématopoïétiques sont à l'origine des cellules sanguines dont elles assurent la production (hématopoïèse) tout au long de la vie.

Leur existence a été démontrée chez l'homme ; dans certaines maladies, une anomalie du caryotype (ensemble des chromosomes) est retrouvée dans les cellules sanguines, preuve de leur origine commune.

Perspectives

En 1998, aux États-Unis, les premières cellules souches ont pu être isolées et cultivées à partir d'embryons humains. Depuis, on a obtenu des cellules souches en incluant le matériel génétique d'une cellule adulte dans un œuf fécondé en remplacement de son matériel génétique, ce qui donnera des cellules génétiquement semblables à celles de l'adulte. Celui-ci pourra les utiliser sans risque de rejet.

Dans l'organisme où elles sont introduites, ces cellules cultivées peuvent générer les cellules de différents tissus : muscle (cardiaque, etc.), tissu nerveux, peau. Leur application laisse entrevoir la possibilité de les régénérer : myocarde lésé d'un infarctus, cellules nerveuses de la maladie de Parkinson ou d'Alzheimer, pancréas d'un diabète. Elles sont déjà utilisées dans les greffes de moelle lors des leucémies. Récemment, des cellules souches humaines ont été greffées dans des cerveaux de fœtus de singe.

L'emploi d'embryons humains (embryons surnuméraires de la procréation médicalement assistée, entre autres), à des fins expérimentales et thérapeutiques, pose un problème d'éthique. Pour tenter de le résoudre, des recherches intenses sont menées afin d'isoler des cellules souches de tissus adultes.