En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

boulimie ou hyperorexie ou hyperphagie ou polyorexie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Trouble du comportement alimentaire caractérisé par un besoin incontrôlable d'absorber de la nourriture en grande quantité chez un sujet qui, habituellement, n'est pas un « gros mangeur ».

Le comportement boulimique a des significations très diverses. Il peut s'intriquer à de nombreux problèmes psychologiques ou médicaux, constituer, par exemple, une variante d'un autre trouble des conduites alimentaires, l'anorexie mentale.

Le comportement boulimique s'installe souvent lors de l'adolescence, peut-être plus fréquemment chez les femmes. Sa fréquence reste encore imprécise.

Causes

En dehors des cas de dérèglements métaboliques (diabète, désordre hormonal) et de certaines lésions nerveuses (rares tumeurs du tronc cérébral), les principales causes de la boulimie sont d'ordre psychologique. Très souvent, le comportement boulimique apparaît comme une défense contre la dépression et le stress pathologique : le fait de manger ne vise pas tant à se nourrir qu'à apaiser l'angoisse, compenser la frustration ou revaloriser une image de soi. Il peut aussi constituer un rite névrotique ou une compensation à l'insatisfaction sexuelle. Dans l'anorexie mentale, des crises boulimiques avec prise de poids viennent parfois interrompre le jeûne, sans que les autres symptômes disparaissent, car, psychiquement, la patiente demeure une anorexique. Certaines deviennent directement boulimiques, sans jeûne ni amaigrissement préalables, qui apparaissent dans un deuxième temps.

Symptômes et diagnostic

Le comportement boulimique n'est pas préoccupant tant qu'il reste occasionnel, comme c'est le cas chez des sujets qui ont envie d'aliments à forte charge affective et symbolique ; les « envies » des femmes enceintes constituent ainsi une forme de boulimie physiologique. La boulimie dépressive et névrotique se manifeste de façon périodique sous forme d'impulsions tyranniques. Elle procure un apaisement momentané, à la différence de la boulimie des anorexiques. La boulimie de l'anorexique se caractérise par l'ingestion à très peu de temps d'intervalle (généralement moins de 2 heures) de grandes quantités de nourriture, avec le sentiment de ne plus pouvoir contrôler son alimentation. Le patient a en outre tendance à se faire vomir, à prendre des laxatifs et à pratiquer, le reste du temps, un régime sévère afin d'éviter de grossir.

Dans les cas les plus graves, les accès boulimiques accompagnés de vomissements provoqués peuvent entraîner une déshydratation et une fuite de potassium (qui se manifeste par une faiblesse, des crampes et des risques de troubles du rythme cardiaque), des lésions œsophagiennes et dentaires dues à l'acidité du liquide gastrique régurgité.

Traitement

Il est orienté par le diagnostic et un bilan organique préalable. Pour être efficace et durable, le traitement doit s'établir dans la confiance, afin d'agir sur les causes psychologiques de la boulimie. La psychothérapie, le plus souvent comportementale (TCC), est éventuellement associée à une prescription d'antidépresseurs pour une durée brève. Elle vise à la maturation émotionnelle et à une résolution des conflits affectifs. Le patient et le médecin coopèrent au long cours afin d'établir de nouvelles habitudes alimentaires. Un régime ne saurait être entrepris sans avis médical, et les anorexigènes sont à proscrire absolument.

Voir : suralimentation.