En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

anxiété

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Trouble émotionnel se traduisant par un sentiment indéfinissable d'insécurité.

S'il existe une anxiété « normale » qui améliore l'apprentissage et les performances, l'anxiété peut aussi devenir pathologique : le sujet se trouve alors si profondément conditionné qu'il ne peut plus la contrôler.

Causes

Sigmund Freud relie l'anxiété à des besoins sexuels non satisfaits, mais la constatation de l'importance du « bonding » (processus par lequel un lien psychologique se crée entre parents et nouveau-né) a permis d'élaborer des théories reposant sur la peur de perdre les objets aimés. Parallèlement, les psychologues comportementalistes attribuent l'anxiété à une souffrance ou à un choc psychologique (accident, conflit, échec).

Banale au cours des états dépressifs, l'anxiété constitue le symptôme essentiel de la plupart des névroses (névrose d'angoisse, hystérie, phobie, obsession). Elle se rencontre aussi dans les troubles psychotiques et la maladie maniacodépressive. Enfin, elle peut être le signe d'une maladie organique : affection cardiaque (infarctus du myocarde, arythmie), insuffisance respiratoire, asthme, hyperthyroïdie. L'abus de certains médicaments (amphétamines, barbituriques, anxiolytiques, hormones corticostéroïdes ou thyroïdiennes) ou de certains produits toxiques peut déclencher, surtout chez les sujets prédisposés, des états anxieux.

Symptômes et signes

L'anxiété comporte trois caractères principaux : pressentiment d'un danger vague et imminent, réactions physiques variées (sensation d'étouffement, palpitations, sueurs, sécheresse de la bouche, vertiges, tremblements, troubles du transit), impression pénible d'impuissance ou de faiblesse devant la menace, chaque symptôme venant renforcer le qui-vive. Classiquement, le terme d'anxiété est donné au versant psychique du trouble alors que l'on réserve celui d'angoisse au versant somatique.

Le malade peut s'agiter, marcher sans but ou rester cloué sur place par la panique qui grandit en lui. La durée d'une crise d'anxiété est en général de 1 ou 2 heures. Quand les crises se répètent chez un sujet présentant un fond anxieux permanent, on parle de névrose d'angoisse.

Différents types d'anxiété

La classification des troubles anxieux permet d’envisager des traitements spécifiques adaptés. Elle comprend : le trouble panique avec ou sans agoraphobie, l’anxiété avec phobie (animal, situation, accident, phobies sociales, etc.), le trouble obsessionnel compulsif, l’état de stress post-traumatique, l’anxiété généralisée, le trouble anxieux en rapport avec une affection médicale ou un toxique.

Traitement

Il repose d'abord sur l'attitude de l'entourage du patient, qui doit rester calme et apaisant, sans attendrissement excessif mais sans agressivité ni mépris. S'il existe toute une gamme de médicaments contre l'anxiété dont la prescription est limitée dans le temps (tranquillisants [benzodiazépines], bêtabloquants, neuroleptiques à faibles doses et certains antidépresseurs), celle-ci ne peut en aucun cas se traiter sans avis médical, sous peine d'une aggravation parfois liée à la prise abusive de médicaments (pharmacomanie). Le traitement de fond s'oriente souvent vers une psychothérapie. Les techniques de relaxation, l'exercice physique, une meilleure hygiène de vie constituent dans tous les cas un appoint indispensable.