En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

allaitement

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Mode d'alimentation du nouveau-né et du nourrisson dans lequel le lait joue un rôle exclusif ou principal.

La période d'allaitement exclusif s'étend habituellement entre la naissance et l'âge de 2 à 4 mois. Pendant cette période, les besoins de l'enfant sont particulièrement élevés en eau, en énergie (protéines, glucides et lipides), en calcium et en phosphore, tous ces éléments étant présents dans le lait.

ALLAITEMENT MATERNEL

C'est l'allaitement au sein.

Le lait maternel est l'aliment le mieux équilibré pour le nourrisson (teneur en graisses, éléments minéraux, oligoéléments et vitamines). Il lui apporte les anticorps indispensables pour lutter contre les infections, notamment les gastroentérites. En outre, alimenter un nourrisson au sein crée un rapport physique et affectif privilégié entre la mère et l'enfant. L'idéal est de mettre le nouveau-né au sein peu après la naissance.

Dès les premières heures après l'accouchement, la glande mammaire sécrète un liquide jaunâtre et visqueux, le colostrum, très riche en éléments anti-infectieux. La véritable montée laiteuse est souvent plus tardive. Les seins deviennent souvent durs et douloureux. Les premières tétées sont d'une grande importance, car de leur déroulement va dépendre la bonne poursuite de l'allaitement. Le bébé doit prendre entre les lèvres toute l'aréole du sein. Après 5 minutes de succion, la mère le mettra à l'autre sein. Les tétées suivantes sont généralement fréquentes (environ 7 ou 8 par 24 heures) et durent de 3 à 5 minutes pour chaque sein.

Hygiène de la mère

Il est bon que la mère se nourrisse d'aliments riches en protéines et en calcium (au moins un litre de lait par jour ou l'équivalent sous forme de produits laitiers divers) et se repose régulièrement. Il lui est conseillé de boire beaucoup, au moins 2 litres par jour, mais d'éviter la consommation de boissons alcoolisées, de café ou de thé. Le tabac peut provoquer des apnées chez le nouveau-né.

Avant chaque tétée, la mère doit se laver les mains au savon et sécher le bout de ses seins pour éviter tout risque de crevasses ou d'infection. Une toilette quotidienne à l'eau et au savon est suffisante. Un soutien-gorge à ouverture frontale facilite la tétée et permet d'éviter la distension du tissu du sein.

Surveillance

Chez le nourrisson, le rot, à la fin de la tétée, est physiologique et peut s'accompagner du rejet par la bouche d'une petite quantité de lait. On change l'enfant, qui s'endort ensuite naturellement et se manifeste souvent 3 ou 4 heures plus tard pour la tétée suivante.

Ordinairement, il a des selles 4 ou 5 fois par jour, d'aspect jaune d'or et grumeleux. La prise pondérale doit être contrôlée régulièrement. Une ou deux pesées par semaine suffisent. Le poids du bébé augmente en moyenne de 25 à 30 g par jour jusqu'à 2 mois, puis de 20 g par jour jusqu'à 6 mois.

Incidents et contre-indications

Au début de la lactation, l'engorgement des seins, douloureux pour la mère, peut l'empêcher de faire téter convenablement le nourrisson. Il est alors conseillé d'utiliser un tire-lait ou de presser le sein manuellement pour prélever le lait en excédent.

Les crevasses mamelonnaires, très douloureuses, sont assez fréquentes. Leur traitement sera entrepris par la sage-femme ou le médecin. Elles peuvent être soulagées par l'utilisation d'un mamelon artificiel. Il est également possible de tirer le lait au tire-lait et de le donner dans un biberon. La prévention des crevasses consiste en une hygiène locale rigoureuse et en l'application de crèmes protectrices non parfumées.

Des incidents infectieux comme une lymphangite (inflammation des vaisseaux lymphatiques) ou un abcès du sein, qui provoquent une fièvre et une douleur mammaire, nécessitent un traitement par antibiotiques de la mère et, en cas d'abcès du sein, un arrêt momentané de l'allaitement. Par ailleurs, certaines maladies (sida) peuvent être transmises par le lait maternel. Allaiter son enfant et donner son lait à un lactarium est alors déconseillé.

En cours d'allaitement, il arrive qu'il faille envisager un passage rapide à l'allaitement artificiel. Pour éviter de réactiver la sécrétion lactée, il faut boire peu, ne pas tirer le lait, et maintenir les seins par un soutien-gorge serré.

ALLAITEMENT MIXTE

Ce mode d'alimentation alterne l'allaitement au sein et au biberon par du lait artificiel.

Le plus souvent, la sécrétion lactée diminue progressivement. Pour éviter un sevrage trop brutal, la mère peut alors remplacer une tétée par un biberon de lait au milieu de la journée, puis, après 3 ou 4 jours d'adaptation, supprimer une nouvelle tétée. On évitera d'en supprimer deux qui se succèdent et l'on maintiendra de préférence la tétée du matin et, si possible, celle du soir.

ALLAITEMENT ARTIFICIEL

C'est l'allaitement au biberon.

Dès la naissance, l'arrêt de la lactation peut être obtenu aisément par l'administration de bromocriptine. La mère doit éviter de boire en trop grandes quantités. Lorsque la mère n'allaite pas, elle utilise du lait diététique spécial, adapté à l'âge du nouveau-né ou du nourrisson, en se conformant aux prescriptions du pédiatre. Le nombre de biberons est fixé en fonction du poids initial de l'enfant. La composition des laits artificiels se rapproche de celle du lait maternel. On les reconstitue en mettant une mesure de poudre pour 30 grammes d'eau (eau de source peu minéralisée ou eau du robinet préalablement bouillie). Les premiers mois, il ne faut rien ajouter au lait, ni sucre ni céréales : les parents doivent prendre garde à ne pas suralimenter l'enfant. Le lait premier âge est relayé au bout de 6 mois par le lait deuxième âge, plus riche en calcium et en fer. Les laits pasteurisés ou stérilisés U.H.T. ne doivent pas être proposés avant l'âge de 1 an.

Hygiène du matériel

Un jeu de biberons et de tétines permet d'avoir toujours à sa disposition un biberon prêt à être réchauffé. La préparation doit obéir à de strictes règles d'hygiène. Il existe deux méthodes : la stérilisation à chaud et la stérilisation à froid. Pour la stérilisation à chaud, on laisse biberons et tétines dans de l'eau en ébullition pendant 15 à 20 minutes ou dans un autocuiseur (ou un stérilisateur) pendant 5 à 10 minutes. Les biberons de la journée peuvent être préparés simultanément puis placés dans le réfrigérateur. Pour la stérilisation à froid, biberons et tétines sont mis à tremper dans une solution antiseptique pendant environ 30 minutes. Très simple, cette méthode demande un rinçage prolongé des biberons et des tétines avant utilisation. Le biberon peut être donné à température ambiante ou tiédi soit au bain-marie, soit dans un chauffe-biberon.

Surveillance

Elle est facile puisque la quantité de lait absorbée par l'enfant est connue des parents. Il faut cependant surveiller son poids et ses selles.

Incidents

Les incidents sont principalement dus à une préparation défectueuse des biberons ou à un lait mal adapté : diarrhée, érythème, stagnation du poids, raréfaction des urines, mauvaise digestion, etc. À long terme, certaines protéines contenues dans le lait de vache (en particulier la β-lactoglobuline et la caséine, qui n'existent pas dans le lait maternel) peuvent entraîner chez l'enfant des réactions allergiques.

Voir : alimentation du nourrisson.