En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

œstroprogestatif ou estroprogestatif

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Médicament hormonal dans lequel les œstrogènes sont associés aux progestatifs.

En fonction de leurs indications, on distingue les œstroprogestatifs contraceptifs et les œstroprogestatifs donnés pour une autre raison que la contraception.

ŒSTROPROGESTATIFS CONTRACEPTIFS

Il s'agit d'hormones œstrogènes et progestatives prises par voie orale, destinées à éviter une grossesse tout en respectant l'équilibre physiologique de la femme. Ces œstroprogestatifs contraceptifs oraux sont couramment désignés par le terme de « pilule ». Dans un tel emploi, l'œstrogène utilisé est l'éthynilestradiol et le progestatif est un dérivé de synthèse qui inhibe l'action de la F.S.H. et de la L.H. (antigonadotrope).

Différents types d'œstroprogestatif contraceptif oral

La pilule combinée, dans laquelle chaque comprimé contient l'œstrogène et le progestatif, se présente sous deux formes, selon que la quantité d'œstrogène est faible (pilule minidosée) ou forte (pilule normodosée). Si les quantités d'hormones sont constantes au cours du cycle, il s'agit d'une pilule monophasique ; avec deux quantités différentes d'hormones, la pilule est dite biphasique ; si trois variations de quantité d'hormones sont prévues, elle est triphasique.

La pilule séquentielle est une pilule dans laquelle, dans une première phase du cycle (7 ou 14 jours selon les types de pilule), les comprimés ne contiennent que des œstrogènes, alors que, dans une seconde phase (15 ou 7 jours), ils associent un œstrogène et un progestatif.

Mécanisme d'action

Dans l'hypothalamus, les œstroprogestatifs inhibent la sécrétion de la gonadolibérine (Gn-RH [hormone de libération des gonadotrophines]), ce qui bloque l'ovulation et les sécrétions d'œstrogènes et de progestatifs par l'ovaire.

Prescription

Il faut prendre un comprimé par jour à heure fixe pendant 21 ou 22 jours, suivant les méthodes, puis arrêter les prises pendant 6 ou 7 jours – la chute des quantités d'hormones provoque alors des saignements comparables aux règles –, avant de commencer un nouveau cycle.

Effets indésirables et contre-indications

Les risques encourus sont principalement d'ordre vasculaire (accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle, phlébite, diabète, hyperlipidémie, ictère). Aussi la prise d'hormones œstroprogestatives doit-elle s'accompagner obligatoirement d'un contrôle médical sérieux : bilan clinique initial, surveillance régulière du poids, de la tension artérielle, du métabolisme (taux de lipides et de glucides dans le sang), examen périodique des seins et des organes génitaux.

Les effets indésirables sans gravité sont des céphalées, des nausées, une prise de poids, une lourdeur des jambes.

Les contre-indications absolues des œstroprogestatifs sont la grossesse, l'allaitement, les maladies ou les accidents thrombo-emboliques, les affections cardiovasculaires, les tumeurs hypophysaires, les tumeurs du sein et de l'utérus, les hémorragies génitales non diagnostiquées, les maladies systémiques (maladies auto-immunes), les porphyries (maladie héréditaire liée à un trouble de l'hémoglobine), les affections hépatiques sévères ou récentes. Les associations entre les œstroprogestatifs et les médicaments inducteurs enzymatiques (barbituriques, rifampicine, griséofulvine, certains anticonvulsivants) sont déconseillées.

Le risque d'accident thromboembolique sous œstroprogestatifs augmente avec l'âge et le tabagisme, ce qui nécessite parfois le recours à un autre moyen de contraception.

ŒSTROPROGESTATIFS À VISÉE THÉRAPEUTIQUE

Il s'agit d'hormones œstrogènes et progestatives associées pour vaincre certains dysfonctionnements hormonaux féminins.

Ces œstroprogestatifs sont utilisés en cas de stérilité due à une insuffisance hormonale, dans le traitement de troubles gynécologiques tels que l'aménorrhée (absence de règles) et la dysménorrhée (douleur liée aux règles) et dans celui de la carence en œstrogènes au cours de la ménopause : on parle alors d'hormonothérapie substitutive postménopausique. Ils se présentent sous forme orale ou percutanée. Le dosage en œstrogènes et en progestatifs varie selon le motif du traitement.

Les effets indésirables et la surveillance sont les mêmes que pour les œstroprogestatifs contraceptifs.